13 octobre : célébration des 75 ans des soeurs Coopératrices Paroissiales du Christ-Roi

La Maison Notre-Dame de Fatima, à Bieuzy-Lanvaux, fête son pardon samedi 13 octobre prochain. Elle fête aussi ses 75 ans de fondation par le père François Vallet, en 1943. La messe sera présidée par Monseigneur Centène, à 16h.

C’est à Chabeuil, près de Valence dans la Drôme que le Père Vallet (1) donna le voile aux premières Sœurs le 31 octobre 1943 en la fête du Christ-Roi, leur patron principal. Contemplation, apostolat, esprit missionnaire, doivent se compléter et s’enrichir mutuellement pour donner à la vie de la Coopératrice sa profonde unité.  

« En intime communion avec Dieu et les frères, nous annonçons la Parole de Dieu et travaillons en faveur des Paroisses, par l’évangélisation des hommes adultes et de leurs familles. De cette manière, nous collaborons à la construction du Règne du Christ, Roi de l’univers. »

Au programme :

  • 10h : chapelet
  • 11h : conférence : 75 ans de fondation
  • 12h30 : repas (sur inscription)
  • 15h : allocution de Monseigneur Centène, procession
  • 16h : messe
  • OUVERT A TOUS !

Contact  02 97 56 01 69  – voir le site des CPCR

Un corps d’âmes priantes

« Il me faut un corps d’âmes priantes » avait répondu le Père Vallet à un ami étonné de le voir fonder une Congrégation de religieuses au service de cette œuvre d’hommes. Et aux premières Soeurs, il écrivait : « Il nous faut des Soeurs qui comprennent et qui, pour parvenir à avoir l’homme pour le Christ notre Roi, son Église et le salut des âmes, se vouent à tout sacrifier dans un travail obscur, oublié ou effacé, dans la plus fervente et instante prière, et dans la pénitence possible à leur âge, santé et obligation » (27-8-45).

Prière et pénitence pour attirer les grâces de Dieu. Travail pour collaborer à l’apostolat des Pères Coopérateurs, prenant en charge tout ce que peut assumer une religieuse: soin des maisons de retraites, secrétariat, catéchèse aux hommes, réunions, visites, invitation aux retraites…

Mère Marie-Joseph : « le Seigneur me voulait dans cette Congrégation naissante »

« Lorsque j’ai compris – au cours d’une retraite – que le Seigneur me voulait dans cette Congrégation naissante, j’étais bien loin de réaliser à quel point la vocation de Coopératrice répondait à mes aspirations les plus profondes. Je désirais me consacrer au Christ dans une vie de prière et d’immolation pour le salut des âmes à l’exemple de Sainte Thérèse de Lisieux et en même temps travailler de toute mes forces au service de l’Église pour ramener à Dieu notre monde actuel si éloigné de Lui.

Clé de conversion du monde

En étudiant et méditant les plans du Père Fondateur et les résultats impressionnants qu’il avait obtenus, je découvrais comment, par le moyen des hommes renouvelés ,spirituellement dans les Exercices et envoyés comme apôtres dans leur Paroisse, nous coopérions directement à la mission évangélisatrice et sanctificatrice de l’Église; et comment en conduisant, par la Paroisse au Diocèse et à l’Église, le plus grand nombre de chefs ou futurs chefs de famille, directeurs d’entreprises, ceux qui peuvent exercer le plus d’influence sur l’orientation spirituelle de l’humanité – nous avions un raccourci pour ramener à Dieu notre société. La conversion de l’homme   m’apparaît comme la clef de la conversion du monde.

Et le Seigneur m’appelait à collaborer à cette œuvre d’une façon toute simple, à l’imitation de la Vierge Marie et des Saintes Femmes dont parle l’Evangile qui, en suivant Jésus et les Apôtres, s’associaient à l’Œuvre de la Rédemption, par leur travail et par leurs prières assidues, comme nous le voyons en particulier au Cénacle pour la Pentecôte.

Depuis lors, comme elles et avec elles, me voici au service de ces nouveaux Cénacles que sont les Maisons de retraite, pour implorer le don de l’Esprit-Saint sur les apôtres d’aujourd’hui. Que de transformations intérieures s’opèrent par les Exercices !

_____________

  • (1) François de Paule Vallet (1883-1947), est le fondateur des Congrégations de Coopérateurs et des Coopératrices Paroissiales du Christ-Roi (CPCR) et de l’Œuvre de laïcs, Œuvre de Coopération Paroissiale du Christ-Roi. Surnommé « Paco le vieux fou » il avait un tempérament joyeux et créatif, une âme d’artiste…  A 23 ans, il fait la prière de l’incroyant « Si Vous existez faites que j’arrive à Vous trouver », et découvre après une retraite Saint Ignace « la liberté, la vérité, l’espérance, la paix, l’amour. » En savoir plus 

Semer partout une prière 

Les témoignages des retraitants ne dévoilent que très peu de choses : le plus beau, nous le saurons au Ciel. Pour l’instant, il faut travailler dans la foi, semer partout une prière, pour qu’à chaque pas le retraitant trouve la grâce dont il a besoin.

Et que de moyens il faudra mettre en œuvre  pour conserver le fruit de la retraite : aider à la persévérance, compléter la formation, soutenir l’apostolat… Moyens qui sans cesse nous rappellent la nécessité d’unir les mains de Marthe et le cœur de Marie, d’être contemplatives dans l’action, pour que le Seigneur agisse par nous.

Partageant la même vie et les mêmes aspirations, chacune de nos communautés veut être un « Cénacle d’amour dans le Cœur de Notre-Dame » ne formant, à l’exemple des premiers chrétiens, « qu’un cœur et qu’une âme » :  n’ayant qu’une même mission où toutes contribuent à l’œuvre commune. Employée à un travail obscur ou, qu’il faille comme les serviteurs de la Parabole, aller « par les chemins » pour inviter les hommes au Banquet que Dieu leur prépare, c’est le même idéal qui nous anime : que le feu allumé sur la terre par le Christ brûle au cœur de chaque homme, de chaque famille, de chaque Paroisse, de toute la société.

Espoir et joie pour la congrégation : Soeur Myriam fera ses voeux perpétuels  le 3 novembre prochain

Soeur Myriam, née en 1987, a aujourd’hui 31 ans. Elle a travaillé  comme guide touristique dans la région de Vitré avant son entrée au postulat de Chabeuil, à la maison-Mère des CPCR, en 2009. Dès l’âge de 19 ans, au cours d’une retraite chez les soeurs de Notre-Dame de Fatima à Bieuzy, son avenir s’éclaire, et elle sent qu’elle doit donner sa vie au Seigneur. Mais d’abord finir ses études et travailler un peu, pendant quelques mois. Puis, après un an de postulat, deux ans de noviciat, et 6 ans de voeux temporaires, soeur Myriam prononcera ses voeux perpétuels le 3 novembre prochain, à Chabeuil. Prions pour elle !

« Après avoir fait plusieurs retraites spirituelles de St Ignace de Loyola, il était évident pour moi, que le Seigneur m’appelait à devenir Coopératrice Paroissiale du Christ Roi. Je suis entrée le 13 mai 2009 à la maison de formation, dans la Drôme, pour commencer mon apprentissage de la vie religieuse. Prier et se sacrifier pour les retraitants me motive à me donner davantage à Dieu d’autant plus que nous vivons dans une société déchristianisée ».

Soeur Marie-Cécile « les religieuses ne pouvaient être que des personnes tristes »

« Dans notre Congrégation ce qui m’a attirée en premier a été l’accueil car c’est une des caractéristiques que l’on y trouve ainsi que la joie. Je me souviens de ma première retraite spirituelle, avant d’entrer, durant laquelle j’ai été émerveillée d’entendre les éclats de rire des religieuses.

J’avais une image très fausse de la vie religieuse et des religieuses elles-mêmes. Pour moi, elles n’avaient pas eu une enfance, elles avaient été des adolescentes ordinaires et, adultes elles ne se posaient pas la question du mariage car elles n’avaient jamais eu de sympathie pour les garçons. Ce ne pouvait donc être que des personnes tristes. En entrant ici j’ai découvert un univers d’amour fraternel où chacune tend à la perfection et où la  charité est très présente.

La maison de formation est le lieu où j’apprends à me détacher de moi-même (ce qui est le plus difficile) ainsi que des biens matériels non essentiels. C’est une école de liberté pour moi, là je suis invitée à aimer en vérité et donc à aimer davantage »