Historique

P1150242Vannes (Darioritum) eut un évêque au cours du 5e siècle, mais on ne sait rien de certain avant le concile de Vannes des environs de 467. Le territoire de la cité des Vénètes s’étendait alors approximativement de la Laïta à l’Oust et la Vilaine et est demeuré le cadre du diocèse de Vannes jusqu’à la Révolution française.

Depuis au moins le 12e siècle, le diocèse comprenait un archidiaconé et plusieurs secteurs : le doyenné de Vannes et les “treize paroisses” qui finirent par former le “territoire de Vannes”, et six doyennés : Poubelz, Kémenet-Héboy, Kémenet-Guégant, Le Porhoët, Muzillac (appelé ensuite Péaule) et Carentoir, ce dernier subdivisé ensuite en trois “territoires” Carentoir, Rieux et Redon.
Le diocèse garda ces limites et cette organisation jusqu’en 1789, sauf l’annexion en 1666 de Belle-Isle, jusqu’alors territoire “nullius”, qui forma un “territoire” particulier.

Le concordat de 1802 entérina les dispositions de la Constitution civile du clergé qui faisait coïncider le diocèse de Vannes avec le nouveau département du Morbihan, ce qui entraînait la cession de 4 paroisses au diocèse de Quimper, de 5 au diocèse de Saint-Brieuc, de 7 au diocèse de Rennes, mais le diocèse de Vannes s’agrandissait en même temps de 8 paroisses de l’ancien diocèse de Nantes, de 11 de l’ancien diocèse de Cornouaille et surtout d’une importante partie de l’ancien diocèse de Saint-Malo.

Patron Principal : SAINT-PATERN