Bienheureux Pierre-René Rogue

autel-pr-rogueNé à Vannes en 1758, le Père Pierre-René Rogue a suivi les pas du Christ. Sous la Terreur révolutionnaire, il refusa de prêter serment  à la Constitution civile du Clergé. Prêtre, martyr de l’Eucharistie, son corps repose dans la Cathédrale Saint Pierre de Vannes.

« J’ai servi Dieu mon roi en imitant son zèle ».

C’est le 4ème dimanche de septembre, au plus proche de la date anniversaire de l’ordination sacerdotale du Bienheureux Pierre-René Rogue, que la paroisse Saint Pierre de Vannes célèbre la solennité de la fête de ce martyr.

Lire plus sur le site de la Cathédrale Saint Pierre de Vannes

A l’occasion des 80 ans de sa béatification (10 mai 1934), Monseigneur Centène a développé la vie et les vertus du Bienheureux.

“La révolution qui ensanglantera la fin du XVIIIème siècle ne s’est pas contentée de bouleverser l’ordre social et politique du pays, elle voulut aussi régner sur les âmes en organisant une église nationale
séparée de Rome. Pour y conserver une place les prêtres devaient prêter serment à la Constitution civile du clergé. Le Père Pierre-René Rogue refusera ce serment.

«Hélas il ne sont plus
Des enfants de lumières
Puisqu’ils n’écoutent plus
Le successeur de Pierre. »

Dans la clandestinité

Sous la Terreur, le Père Pierre-René Rogue poursuit son ministère dans la clandestinité.

“Mais l’échec du débarquement de Quiberon accroit la répression à Vannes et dans tout le Morbihan. Le 24 décembre 1795, Pierre-René Rogue est arrêté alors qu’il porte le viatique à un mourant. Emprisonné, il réconforte ses codétenus, et, le 2 mars 1796, il est condamné à mort par le tribunal révolutionnaire qui règne dans l’église Notre-Dame du Mené où il fut ordonné et où il exerça son ministère. Cette circonstance le comble de joie car il se dit heureux de pouvoir porter ce témoignage suprême dans l’église même où il a si souvent prêché”.

Il sera guillotiné le lendemain.

« Sur mes persécuteurs
Sollicitez sans cesse
La fin de leurs erreurs
[…] et puisqu’ils sont nos frères
Chérissons-les toujours
N’opposons à leur guerre
Que douceur et amour”.

A côté de ce sens très profond du pardon chrétien, Pierre-René Rogue nous enseigne l’amour de l’Eucharistie. C’est comme martyr de l’Eucharistie qu’il est vénéré. Il a bravé les dangers pour aller porter la Sainte Communion à un malade et c’est dans ce contexte qu’il a été arrêté.

  • Il nous enseigne le souci du malade, du mourant à qui il apporte le secours de la religion au seuil de sa vie.
  • Il nous enseigne l’amour de l’Eglise et de son unité face aux dérives schismatiques d’une église nationale.
  • Mais par-dessus tout, l’histoire de Pierre René Rogue, sa vie et son glorieux martyre constituent une formidable leçon sur la liberté de conscience.