Ordination diaconale de Louis-Marie Lefeuvre : deo Gratias !

Dimanche 19 décembre dernier, Monseigneur Centène a ordonné diacre en vue du sacerdoce, Louis-Marie Lefeuvre, par l’imposition des mains et le don du Saint-Esprit, en la cathédrale Saint-Pierre de Vannes.

“Oportet illum crescere me autem minui”

“Lui, il faut qu’Il grandisse ; et moi, que je diminue”

Jn 3,30
Peinture de Fra Angelico : l’ordination de Saint Etienne.

Homélie de Monseigneur Centène

“”Louis-Marie, votre ordination diaconale s’inscrit dans un très long cheminement, où vous avez pu approfondir le sens de votre vocation pour vous mettre aujourd’hui totalement au service du Christ et de son Eglise.

Votre démarche nous réjouit, mais il est vrai qu’elle peut susciter chez d’autres des réactions contradictoires. En effet, s’engager pour la vie dans le célibat, l’obéissance et le service, s’engager pour la vie en n’acceptant comme sécurité que le Christ, Sa parole, et son Eglise que nous sommes, a vraiment de quoi surprendre. Nous sommes entourés d’hommes et de femmes dans la société qui adoptent des comportements radicalement différents : la recherche de l’épanouissement humain, du confort, de la sécurité et du chacun pour soi, la recherche du pouvoir et de l’argent, avec tout ce que cela comporte.

L’engagement que vous prenez aujourd’hui est de la folie ou de l’inconscience pour ceux qui ne connaissent pas le Christ, doutent de la vérité de Sa parole ou construisent leur vie en ne comptant que sur eux-mêmes. Leur horizon se limite à cette existence passagère.

Louis-Marie, vous le savez, les serviteurs de l’évangile sont aujourd’hui comme au temps de Jésus, comme dans l’Eglise primitive. Ils ne sont ni des héros, ni des êtres exceptionnels, ils ne possèdent pas tous des dons et des talents inimaginables : ils sont pécheurs et ils connaissent leurs limites. Ces êtres que nous sommes, proviennent du commun des mortels. Pourtant, tous partagent une vérité essentielle et un désir authentique : répondre pour le mieux, avec générosité, à l’appel de Dieu. Ils ont cette conscience profonde que Celui qui les appelle à son service ne les abandonnera jamais, quoiqu’’il arrive. En ce quatrième dimanche de l’Avent, la parole de Dieu atteste précisément avec vigueur de cette promesse du Seigneur pour ceux et celles qu’Il appelle à son service, et au service de leurs frères en toute confiance malgré leurs défauts, malgré leur petitesse.

Nous en avons entendu de beaux témoignages dans des contextes variés. « C’est du plus petit des clans de Juda que sortira celui qui doit gouverner Israël », nous disait le prophète Michée, dans la première lecture. (Michée 5, 1-4) L’auteur de la lettre aux hébreux nous dit quels doivent être les sentiments de celui qui s’engage au service de Dieu, en prenant modèle sur le Christ : « Me voici, je suis venu pour faire Ta volonté » (Hébreux 10, 9). Dans l’évangile, Elisabeth et Jean-Baptiste perçoivent la présence de Dieu en Marie, que rien ne signale. 

Dans la mission, l’implication de notre être est requis, et nous devons, comme Marie, savoir nous mettre en route avec empressement. Mais en vérité, c’est le Seigneur lui-même qui agit avec la puissance de son Esprit dans notre vie et par notre intermédiaire. Ce qui compte avant tout, c’est d’être disponible sans réserve, sans mettre de conditions à Dieu. « Me voici Seigneur, je viens pour faire Ta volonté », dit le Christ. « Voici la servante du Seigneur », répond Marie à l’ange de l’Annonciation. « Me voici », c’est aussi la réponse que vous avez donnée, Louis-Marie, au début de cette célébration, pour concrétiser solennellement votre désir de servir l’Eglise en tant que diacre. C’est cette disponibilité confiante qui permet à Dieu d’agir dans les humbles serviteurs que nous sommes, et qui ont confiance en Lui. « Que Ta main soutienne Ton protégé, le Fils de l’Homme, qui te doit sa force » chantait le psalmiste. (Ps 79-18). Cette confiance doit s’épanouir dans la durée et la fidélité. « Jamais plus nous n’irons loin de toi, fais-nous vivre et invoquer Ton nom ». (Ps 79-19)

Diacre, vous serez au cœur de l’Eglise, et au nom de Jésus, comme lui, celui qui sert ses frères et sœurs dans la foi et l’amour. Le service de diacre se déploie dans deux dimensions significatives de la mission de l’Eglise : l’annonce de la parole et l’exercice de la charité. Vous recevez aujourd’hui cette belle mission d’annoncer la parole de Dieu, non seulement en la proclamant et en expliquant son sens, mais surtout en la vivant vous –même, dans le quotidien de votre existence. Je crois que nous n’aurons jamais fini de méditer la commission qui accompagne la remise de l’évangéliaire dans l’ordination diaconale, et que vous entendrez tout à l’heure : « Recevez l’évangile du Christ que vous avez mission d’annoncer. Soyez attentif à croire en la parole que vous lirez, à enseigner ce que vous aurez cru, à vivre ce que vous aurez enseigné ».

La dimension de la charité vous l’honorerez, comme la Vierge Marie qui ne craint pas de se mettre en route avec empressement, pour aller visiter et assister sa cousine Elisabeth. Puisse ce même empressement caractériser votre esprit de service.

Louis-Marie, malgré les temps troublés que nous vivons, vous n’aurez rien à craindre pour votre avenir, si vous le remettez tout entier entre les mains du Seigneur. Son Eglise vous accueille avec joie parmi les ministres ordonnés. L’engagement au célibat que vous avez pris au début de cette célébration, n’est pas d’abord une réponse obligatoire à une exigence disciplinaire de l’Eglise. Dans la liberté, il est pour vous l’affirmation que personne ne peut prendre toute la place que vous voulez donner au Seigneur dans votre vie. A lui, le Fils de Dieu qui nous a tout donné, vous désirez, en réponse, donner tout ce que vous avez. Ce que beaucoup ont du mal à comprendre, ceux qui considèrent comme un manque, une pauvreté, dans le meilleur des cas un sacrifice, est en réalité une richesse, car il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l’on aime.

Louis-Marie soyez heureux, puisque, envers et contre tout, avec une persévérance qui fait notre admiration, vous avez cru à l’accomplissement des paroles qui vous sont dites de la part du Seigneur. 

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. AMEN. »

Vidéo de l’ordination à venir prochainement