PMA sans père : les professionnels réservés

Les discussions sur le projet de révision des lois de bioéthique s’ouvrent ce 24 septembre à l’Assemblée nationale. L’Académie nationale de Médecine a réaffirmé sa position officielle (rapport adopté lors de sa séance du 18 septembre). Jugeant insuffisante la prise en compte des réserves médicales émises par son comité d’éthique lors des Etats généraux de la bioéthique, les professionnels expriment de nouveau leur vive inquiétude quant à l’extension de l’Assistance Médicale à la Procréation.

Une rupture anthropologique majeure

Commençant par souligner le caractère “sociétal” de l’extension de l’accès à l’assistance médicale à la procréation (AMP) aux couples de femmes et aux femmes célibataires (prévue par l’article Ier), l’Académie estime néanmoins “de son devoir de soulever un certain nombre de réserves liées à de possibles conséquences médicales”.

S’appuyant le droit de tout enfant à avoir, dans la mesure du possible, un père et une mère, elle identifie dans l’extension de l’AMP une “rupture volontaire d’égalité entre les enfants”.
A ce titre, poursuit le rapport, “la conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure qui n’est pas sans risques pour le développement psychologique et l’épanouissement de l’enfant”.

Des données “pas très convaincantes”

Nombre de cas étudiés, durée d’observation, etc. : d’un point de vue méthodologique, les évaluations faisant état de “l’absence d’impact avéré sur le devenir de l’enfant” sont jugées “pas très convaincantes”. L’Académie de Médecine rappelle que “l’incertitude persiste sur le risque de développement psychologique de ces enfants au regard du besoin souvent exprimé de connaître leurs origines”. Au nom du principe de précaution, elle appelle de ses vœux la réalisation d’études en milieu pédopsychiatrique.

La figure du père, fondatrice

Soulignant le caractère fondateur de la figure du père pour la personnalité de l’enfant, le rapport avance que la majorité des professionnels du secteur (pédopsychiatres, pédiatres et psychologues) demeure “pour le moins réservée sur cette innovation radicale”.
Enfin, le rapport affirme que la question de l’altérité et de la différence homme-femme ne peut être éludée. “Dans tous les cas d’extension de l’AMP, on ne peut méconnaître la question de l’altérité et celle de la différence homme-femme”.

Psychologue/psychothérapeute, Olivier Thuau a longtemps travaillé en milieu scolaire. Il exerce aujourd’hui à Vannes.
Quelle importance revêt le père dans le développement de l’enfant ?
Olivier Thuau : Sur le plan théorique, nous nous référons beaucoup à la théorie freudienne qui pose le rôle incontournable du père dans le développement psychologique de l’enfant : l’état fusionnel vécu par l’enfant avec sa mère est coupé symboliquement par le père.
Et sur ce point, la hausse des pathologies narcissiques dans nos sociétés occidentales interpelle.

Dans la pratique, nous constatons que dans les familles où le père manque, les enfants manquent de repères…
Dans mon expérience auprès des enfants et adolescents, je constate qu’il y a toujours une interrogation sur le père auquel on peut s’identifier et qui permet de grandir.
Certes, il y a de plus en plus de familles monoparentales mais pour autant, le père existe aux yeux de la mère. Mais, lorsqu’il y a un secret vis-à-vis du père, des problèmes surgissent en particulier à l’adolescence. Dénié, effacé, le père n’existe plus. Ce “secret de famille” génère de l’angoisse et une recherche perpétuelle chez l’enfant.

Une autre dimension importante est la dimension généalogique. Il y a une branche maternelle et une branche paternelle. Quand il en manque une, on est un peu boîteux. Quand on regarde comment fonctionne la création, ce sont toujours deux choses différentes qui se lient, se mélangent pour donner autre chose. On se construit avec cette richesse. Quand il manque une partie, on se construit avec moins de richesses, moins de différences…

Sur les autres dispositions débattues :

L’anonymat du donneur de sperme : Au nom de l’épanouissement et de l’équilibre psychologique des enfants, adolescents, jeunes adultes désireux de connaître leurs origines, l ‘Académie est favorable à “l’évolution maîtrisée de l’accès aux origines”, proposée dans le projet de révision de la loi, tout en posant la question de l’impact de cette disposition sur le nombre de donneurs…
Si l’AMP, aujourd’hui réservée aux indications médicales, était étendue aux demandes sociétales, l’Académie pointe deux risques majeurs : du fait de l’accroissement de la demande, le prévisible manque de spermes entraînera un allongement des délais portant préjudice aux couples hétérosexuels souffrant d’une infertilité“.

Risque de marchandisation : De surcroît, l’Académie de Médecine émet de sérieuses inquiétudes quand au risque de marchandisation des produits du corps humain qui pourrait découler de cette situation où la demande de sperme est supérieure à l’offre : il s’agit là d’“un réel danger qui menace le principe essentiel de l’éthique française, à savoir la gratuité du don et la non-marchandisation du corps humain”.

Sur la filiation : le moindre mal. On attend de la procédure de reconnaissance anticipée devant notaire les mêmes effets que la filiation fondée sur la vraisemblance biologique et la filiation adoptive. Là encore, les médecins ne cachent pas leur scepticisme. Si elle est “la plus à même de créer un cadre aussi rassurant que possible” pour les enfants à naître par AMP, cette procédure d’établissement de la filiation repose “sur des critères non biologiques et en dehors de toute vraisemblance”.

Sur la conservation des ovocytes : Là encore, le rapport de l’Académie qualifie de sociétale cette demande lorsqu’il s’agit de femmes qui ne souffrent d’aucune pathologie de la reproduction. “II ne s ‘agit aucunement d’indications médicales conformes à la mission de la médecine qui est de soigner”. Le rapport ajoute que cette mesure induirait un “changement de nature de l’acte médical” qui soulève “de sérieuses questions de fond pour l’avenir de la pratique médicale”.