Rentrée diocésaine : les bénévoles en première place

.

C’est sous le soleil
de Sainte Anne d’Auray
que s’est déroulé,
à l’occasion de la
rentrée diocésaine,
le pardon des bénévoles,
ce samedi
11 septembre 2021.

.

.

.

Près de 700 personnes de toutes les paroisses du diocèse sont venues écouter Monseigneur Centène, qui a introduit cette journée par un temps spirituel sur le sens profond du bénévolat. Sensible au rôle que les bénévoles ont pu jouer pendant la période de confinement, Monseigneur a exprimé, au nom de toute l’équipe épiscopale, sa reconnaissance à ceux qui travaillent bénévolement et dans l’humilité au service de l’Eglise.

Nous avons voulu donner à cette rencontre la dimension d’un pardon, c’est-à-dire d’une assemblée de retrouvailles, après deux ans d’incertitude, de dispersion, de confinement, d’isolement, de vie au ralenti, parfois même de repli sur soi,” explique Monseigneur Centène à l’assemblée. “Nous avons voulu ouvrir cette journée à l’ensemble des bénévoles du diocèse […] car le rôle du bénévole est essentiel, indispensable à l’Eglise.

Avec l’équipe épiscopale, nous voulons remercier les bénévoles qui ont su s’investir, au nom de leur foi, au nom de leur baptême, dans la vie de l’Eglise. Merci à vous, tous et toutes. […] Mettre en avant le bénévolat, c’est laisser jaillir la source du baptême pour qu’elle devienne un grand fleuve, un fleuve immense qui irrigue le monde.

Une basilique comble a pu accueillir la messe du pardon, avec la présence de nombreux membres du clergé.

“Bénis sois-Tu Seigneur Jésus,
Pour Ton Eglise qui nous rassemble,
Fais de Ton peuple qui Te célèbre,
Un peuple de louange, un peuple de frères”

Le Seigneur nous sauve au point de nous rendre capables d’accomplir le Bien,” dira Monseigneur Centène dans son homélie.

La messe s’est terminée par cette très belle “prière de l’humble serviteur” :

Dieu notre Père,

Nous te rendons grâce pour Jésus qui s’est fait serviteur jusqu’à se mettre à genoux au pied de ses disciples.

Nous te rendons grâce pour cette joie que nous connaissons de donner et de nous donner nous-mêmes, aux jours d’obscurité comme aux jours de grand soleil.

Donne-nous le goût du service gratuit, dans une disponibilité totale lorsque le bien de l’Eglise nous le demande.

Donne-nous le sens du geste gratuit, discret, silencieux, qui ne demande pas de retour car il y a plus de joie à donner qu’à recevoir.

Donne-nous de goûter cette joie d’être serviteur pour le bonheur des autres en suivant l’exemple de Jésus.

Donne-nous la sagesse et l’humilité de savoir appeler un autre serviteur lorsque le temps sera venu de passer le relais.

Père, nous espérons un jour entendre ces mots de bonheur infini : « Viens, bon et fidèle serviteur”.

Les ateliers de l’après-midi ont été l’occasion pour les participants de réfléchir et partager par petits groupes sur des thématiques de vie paroissiale : comment créer les fraternités missionnaires en paroisse, comment améliorer l’animation paroissiale, la prière et la liturgie en paroisse, la Parole, l’attention aux plus petits, aux pauvres et aux malades, l’accueil et l’accompagnement dans les paroisses, comment répondre aux besoins matériels et financiers, et enfin comment accompagner les jeunes, les étudiants ?

L’aboutissement de ces groupes ? Des solutions concrètes ont pu être proposées face aux problématiques, avec la possibilité d’un appui des services diocésains quand cela s’avère souhaité. Mais au-delà du soutien des différentes pastorales du diocèse aux paroisses, c’est aussi une plus grande unité diocésaine qui semble émerger de ces partages et de cette journée : une communion du peuple des serviteurs humbles avec leurs pasteurs, communion à laquelle sainte Anne n’est certainement pas étrangère !

Tenez-vous sous la main puissante de Dieu, Il vous rendra inébranlables” chante l’assemblée aux vêpres clôturant le pardon.