Semaine missionnaire

« Il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu » (Ac 4, 20)

Le thème de la Journée Mondiale des Missions est une invitation à chacun d’entre nous à “assumer cette charge” et à faire connaître ce que nous avons dans le cœur. Cette mission est et a toujours été l’identité de l’Église : « Elle existe pour évangéliser » (S. Paul VI, Exhort. ap. Evangelii nuntiandi, n. 14)

La prière pour la Semaine missionnaire 2021

Dieu notre Père,
Tu as donné à Pierre et aux autres apôtres
le courage de témoigner de ton Fils,
mort et ressuscité pour révéler ton Amour.
Ils ne pouvaient pas taire ce qu’ils avaient vu et entendu.

Nous te prions d’envoyer de nombreux
missionnaires, afin que Jésus-Christ soit
connu, aimé et servi dans le monde entier.

Répands sur nous ton Esprit,
qu’il fasse de nous des témoins
de ta Parole, joyeux et audacieux.

Amen

Voir le site de la Conférence des évêques de France

En mission à Madagascar : des nouvelles du père Gabriel de Lépinau

En mission aux Philippines

Frère Marie-Etienne de Beauregard, 44 ans, a rejoint la communauté des Frères de Saint Jean en 1997, et a été ordonné prêtre en 2006. Originaire de Lorient, il est parti en mission aux Philippines il y a huit ans. De Cebu, il nous envoie son témoignage.

« Il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu » (Actes 4,20). Qu’est-ce que je vois ? Qu’est-ce que j’entends, au quotidien de ma mission aux Philippines depuis 8 ans ?

Pour les apôtres qui parlaient devant le Sanhédrin, il s’agissait de ce qui venait de se passer : un homme guéri par la puissance du Nom de Jésus, leur visite au tombeau vide et les rencontres avec le Ressuscité, leurs trois années à Sa suite etc…

Et pour moi ? Voir et entendre les signes de la Résurrection, cela me renvoie à de nombreux visages d’enfants, de familles, de pauvres, de personnes âgées à Cebu, dans les îles voisines, les collines, dont la force vient de leur dévotion, de leur foi en Jésus. Combien de foi j’ai pu voir que la Vie qui est en Jésus se révélait plus forte que d‘énormes puissances de mal et de désespoir. Combien de fois j’ai pu « voir et entendre » cette foi simple au milieu de situations humainement impossibles ! Cette foi s’exprime souvent par ce trait tellement propre aux cultures asiatiques : la gratitude. C’est une chose que j’apprends encore et encore, patiemment, au long des rencontres que le Seigneur me donne de vivre à Cebu. En mai 2020, quand même le riz manquait dans les casseroles en plein confinement, je voyais les mères de familles du bario voisin montrer tellement de gratitude pour la petite aide que notre réseau d’amis avait pu apporter. Voir et entendre aussi l’appel du Seigneur dans ces jeunes hommes que nous accueillons pour leur noviciat au sein de la communauté : pendant les 8 dernières années, comme supérieur de la maison qui est aussi le noviciat pour l’Asie, ma mission était aussi de participer à leur formation à la vie consacrée. Accompagner leur discernement, même quand le chemin est difficile, est une école exigeante !

Pour continuer à vous partager ce que j’ai pu « voir et entendre », je voulais vous parler particulièrement de deux programmes auxquels j’ai participé : d’abord ce que nous appelons « l’Ecole de Vie » qui est une école de formation missionnaire pour des jeunes adultes. Durant six mois, la vie communautaire, les apostolats, la vie de prière forment les ingrédients d’une recette qui a produit des fruits qui nous remplissent toujours de gratitude. Que six ou dix jeunes adultes venus parfois de France, des USA, des Philippines ou de Nouvelle-Zélande, puissent vivre ensemble et former une vraie famille de frères et sœurs, cela vaut bien le miracle dont St Pierre témoignait devant le Sanhédrin ! Pour chacun de ceux qui y ont participé, ces six mois ont touché profondément leurs cœurs. Tous nous ont dit : là où j’ai appris le plus, c’est dans la vie communautaire, plus que dans les cours !

Enfin, l’autre programme où je peux « voir et entendre », c’est notre programme d’aide à la scolarité pour les jeunes familles qui ne peuvent pas assumer les études de leurs enfants. Depuis 24 ans, la communauté a aidé des jeunes des quartiers qui nous entourent à poursuivre leurs ambitions, à étudier, décrocher un diplôme pour que leur famille puisse émerger du cycle de la pauvreté. L’aide de parrains, de bienfaiteurs et la coopération avec l’association « Enfants du Mekong » nous permet de continuer cette mission. Depuis le début de la pandémie, ce soutien aux familles est d’autant plus nécessaire puisque les élèves philippins ne peuvent toujours pas retourner à l’école et doivent faire comme ils peuvent pour suivre des cours en ligne (sur un téléphone portable) ou bien faire des devoirs à la maison. Entendre une jeune qui a pu finir son diplôme de psychologie après avoir arrêté l’école pendant plusieurs années témoigner auprès des plus jeunes, après avoir eu de gros soucis de santé et des problèmes familiaux, mais qui n’a pas « décroché », pour moi c’est aussi cela « voir et entendre » la puissance de la Résurrection. Accompagner ces jeunes élèves ou étudiants est une source de grandes joies et d’espérance. Cette mission continuera pour moi dans cette nouvelle phase, un vrai défi, qui commencera l’an prochain dans une nouvelle maison que nous ouvrons dans la ville de Cebu.

En union de prières, où que nous soyons, nous pouvons voir, entendre et proclamer !

En mission avec la DCC

Chaque année, la Délégation catholique pour la coopération (DCC) envoie près de 500 volontaires dans 50 pays. Parmi eux, Marie et Benoît Giampiccolo, un couple de Malansac, est parti en mission au Maroc début septembre.

Article paru dans Chrétiens en Morbihan n°1513 d’octobre 2021

Avez-vous choisi votre destination ?

Nous n’avons pas choisi de partir au Maroc précisément. Nous avons fait le choix de partir en volontariat avec la DCC en nous mettant au service des partenaires et des projets locaux. La DCC nous a proposé cette mission qui correspondait à nos profils et à nos compétences.

Aviez-vous ce projet de volontariat depuis longtemps ?
Oui c’était un désir de longue date : voyager, aller voir ce qui se passe ailleurs, rencontrer d’autres personnes, d’autres cultures. Nous voulions aussi nous rendre utiles, rencontrer, par le travail et des activités professionnelles, des personnes locales.

Quelles seront vos missions ?
Nous rejoignons l’équipe pédagogique de l’association Juk Spel, placée sous
la tutelle de l’école Don Bosco de Kenitra. Cette association forme des électriciens plutôt industriels. Ce sont de jeunes adultes âgés de 20-25 ans issus de milieux modestes, marocains et migrants subsahariens. Nous interviendrons, Marie comme assistante des professeurs de français, Benoît comme formateur des modules d’électricité et d’électrotechnique.

Qu’est-ce que cela implique de partir ?
C’est d’abord une préparation mentale. Il faut accepter de se déconnecter
de ce qu’on connaît et de se projeter vers l’inconnu. Nous essayons de nous
laisser porter. Nous nous préparons à des surprises en nous disant que nous sommes nous aussi surprenants pour les gens que nous allons rencontrer !

Avez-vous déjà eu des expériences de volontariat auprès de l’Église ?
Nous avons été tous les deux bénévoles du mouvement des scouts et guides
de France pendant de longues années : chef et cheftaine d’abord avant de
prendre des responsabilités départementales dans l’accompagnement des
adultes pour l’animation des enfants. Des missions très prenantes, très riches aussi, qui ont permis des rencontres, des découvertes, un dépassement de soi et nous ont fait avancer progressivement sur notre chemin de foi. Cette expérience forte du scoutisme a été un moteur dans notre choix de partir en volontariat et de nous mettre au service. 

Sophie Piéplu pour RCF Sud Bretagne

Contact DCC pour le diocèse : Claire Millet, déléguée
delegue.vannes@ladcc.org – 06 86 30 39 52
www.ladcc.org

La semaine missionnaire se termine habituellement par une messe des peuples.Elle aura lieu cette année à Sainte-Anne d’Auray à 11h“, précise Bénédicte Drieu-La Rochelle, déléguée diocésaine pour la coopération et la Mission. Pour tout renseignement : missionnaire.cooperation@wanadoo.fr