2 février : lumière sur des vies données !

Nous fêtons aujourd’hui 2 février la Présentation de Jésus au Temple, la fête de la Chandeleur. 40 jours après Noël, Jésus est présenté au Temple pour être racheté selon la tradition juive : en effet, depuis la sortie d’Égypte, après la mort de tous les premiers-nés d’Égypte et la fête de la première Pâque, chaque premier mâle (hommes ou bêtes) devait être offert au Seigneur. L’offrande de Jésus entre dans cette tradition : Marie et Joseph sont venus, comme tous les jeunes parents de leur époque, offrir à Dieu leur fils et le « racheter ».

La liturgie a perpétué cet événement en associant cette première entrée de Jésus enfant dans le Temple à ces cierges qui sont bénis à l’occasion pour que les familles puissent les rapporter dans leur foyer afin que la lumière du Christ y rayonne. Fête de la lumière, elle annonce bien entendu la splendeur d’une autre lumière : celle de la nuit pascale. Alors que le Christ s’est offert lui-même pour nous racheter du péché et de la mort, il surgit dans la nuit de Pâques, que là aussi la liturgie accompagne du symbole du cierge : le cierge pascal et ces cierges que nous portons en main tout au long de la vigile.

« Petite Pâques »

Ce symbole de la lumière trouve un écho dans la vie profane : la forme des crêpes que nous mangeons traditionnellement à la Chandeleur rappelle le disque solaire et évoque aussi le retour prochain du printemps au cours duquel nous célébrerons Pâques.

La fête de la Présentation est donc une « petite Pâques » qui nous annonce l’offrande que Jésus a fait de sa vie pour nous. Voilà pourquoi nous fêtons aujourd’hui celles et ceux qui ont choisis de consacrer leur vie au Seigneur : ces consacrés sont pour les chrétiens le rappel visible du don total du Fils de Dieu pour nous sauver.

« Aujourd’hui ton Fils éternel est présenté dans le Temple, et l’Esprit Saint, par la bouche de Syméon, le désigne comme la gloire de ton peuple et la lumière des nations.
Joyeux nous aussi d’aller à la rencontre du Sauveur, nous te chantons avec les anges et tous les saints …»

Préface

Bouleversés par le don “jusqu’au bout” du Christ, des baptisés choisissent de répondre par le don total et exclusif de leur vie, pour marcher à sa suite.

La journée de la vie consacrée est célébrée le jour de la Présentation de Jésus : « une éloquente icône du don total de soi pour tous ceux qui ont été appelés à reproduire dans l’Église et dans le monde, par les conseils évangéliques, “les traits caractéristiques de Jésus chaste, pauvre et obéissant”». (Vita consecrata).

La vie consacrée« enrichit et réjouit l’Église par la multiplicité des charismes et le dévouement de tant de vies totalement données ». Ainsi le diocèse de Vannes est riche de plus de trente congrégations et communautés religieuses !

La vie consacrée, signe pour le monde ? Réponse avec le frère Benoît, père abbé de l’abbaye de Timadeuc.

Quel est le sens du 2 février pour vous ?

Cette journée nous invite à nous rappeler que Dieu fait des merveilles pour chacun et que l’Église a besoin de personnes qui répondent à une vocation particulière. Certains se marient, d’autres choisissent de rester célibataires, d’autres encore de répondre à un appel particulier comme la vocation monastique. On a besoin de toutes ces vocations qui nous disent, chacune à leur manière, que Dieu nous aime, qu’il ne nous laisse pas orphelins, qu’il ne nous abandonne pas à notre triste sort, mais qu’au contraire il noue une alliance avec nous et qu’il attend de notre part une relation vivante avec Lui. Il est à espérer que beaucoup osent vivre pleinement la vocation à laquelle le Seigneur les appelle.

En quoi les consacrés sont-ils un signe pour le monde ?

La vie consacrée est le signe que Dieu est toujours à l’œuvre en cet âge, qu’Il est bien vivant, en tout cas pour ceux et celles qui entendent sa parole et qui décident un jour de tout quitter pour se mettre à son service. Tous les consacrés sont les témoins du fait que la parole de Dieu est toujours d’actualité et qu’il vaut la peine de se mettre à son écoute. Elle peut donner sens à toute une vie, elle est source de joie, d’épanouissement. La vie consacrée, c’est aussi un chemin d’accomplissement de soi. Quand le Seigneur appelle quelqu’un, c’est pour qu’il soit heureux, pour qu’il témoigne de cette joie qui ne passera pas et que Jésus nous a promise.

Retrouvez l’interview complète du frère Benoît
dans Chrétiens en Morbihan, le journal du diocèse de Vannes, à partir du 15 février.

Consacré(e)s dans le diocèse de Vannes : quatre témoignages en vidéo (février 2019)