Chapelle de la Houssaye : L’Ascension

« Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient. »

Mc 16, 19-20

Sur les hauteurs de Pontivy, se trouve la très belle chapelle de La Houssaye, qui renferme, entre autres trésors, posé sur le grand autel, un retable en pierre peinte, du début du XVIe siècle.

De part et d’autres d’une grande scène de la crucifixion, se déroulent à gauche, 6 scènes de la passion, et à droite, 6 scènes de la résurrection, entre la mise au tombeau et l’Ascension.

L’Ascension est représentée de manière très pittoresque : une des consoles qui porte le décor du registre supérieur a été remplacée par la figure d’un joli nuage ourlé, d’où émergent les pieds de Jésus et le bas du manteau. En dessous, le groupe des 11 apôtres, accompagné par Marie, lève les yeux pour regarder Jésus disparaître.

Un des apôtres, à genou en face de la vierge, désigne le ciel de sa main droite, et tient un livre de l’autre : sans doute les Écritures que le Seigneur leur a lui-même interprétées, « Parole qu’il confirme » pour qu’ils soient capables de « proclamer partout l’Évangile ».

Au milieu du groupe, se tient incognito un 13e personnage qui fait face au spectateur que nous sommes, une main dirigée vers le Ciel. Ne serait-ce pas Jésus lui-même, qui d’une certaine manière, « travaillait avec eux », même après son départ ? Il part, et sa présence parmi nous devra se trouver autrement désormais.

Irène de Château-Thierry, Commission diocésaine d’Art sacré.

L’Ascension du Seigneur : le billet spi de l’abbé d’Anselme

“Or le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et il s’assit à la droite de Dieu” (Mc 16,19).

Oui, le Corps du Christ a été glorifiée dès l’instant de sa Résurrection comme le prouvent les propriétés nouvelles et surnaturelles dont jouit désormais son corps en permanence et dont les apôtres, les disciples d’Emmaüs et St Thomas ont été les témoins. Mais pendant les quarante jours où il va manger et boire familièrement avec ses disciples et les instruire sur le Royaume, sa gloire reste encore voilée sous les traits d’une humanité ordinaire. La dernière apparition de Jésus se termine par l’entrée irréversible de son humanité dans la gloire divine symbolisée par la nuée et par le ciel où il siège désormais à la droite de Dieu. — Ce n’est que de manière tout à fait exceptionnelle et unique qu’il se montrera à Paul “comme à l’avorton”  en une dernière apparition qui le constitue apôtre.

Le caractère voilé de la gloire du Ressuscité pendant ce temps transparaît dans sa parole mystérieuse à Marie-Madeleine: “Je ne suis pas encore monté vers le Père. Mais va vers mes frères et dis-leur: Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu” (Jn 20,17). Ceci indique une différence de manifestation entre la gloire du Christ ressuscité et celle du Christ exalté à la droite du Père. L’événement à la fois historique et transcendant de l’Ascension marque la transition de l’une à l’autre.

Cette dernière étape demeure étroitement unie à la première, c’est-à-dire à la descente du ciel réalisée dans l’Incarnation. Seul celui qui est “sorti du Père” peut “retourner au Père”: le Christ (cf. Jn 16,28). “Personne n’est jamais monté aux cieux sinon le Fils de l’Homme qui est descendu des cieux” (Jn 3,13 ). Laissée à ses forces naturelles, l’humanité n’a pas accès à la “Maison du Père” (Jn 14,2), à la vie et à la félicité de Dieu. Le Christ seul a pu ouvrir cet accès à l’homme, “de sorte que nous, ses membres, nous ayons l’espérance de le rejoindre là où Lui, notre Tête et notre Principe, nous a précédés” (préface de l’Ascension)

 “Moi, une fois élevé de terre, j’attirerai tous les hommes à moi” (Jn 12,32). L’élévation sur la Croix signifie et annonce l’élévation de l’Ascension au ciel. Elle en est le début. Jésus-Christ, l’unique Prêtre de l’Alliance nouvelle et éternelle, n’est pas “entré dans un sanctuaire fait de mains d’hommes … mais dans le ciel, afin de paraître maintenant à la face de Dieu en notre faveur” (He 7,24). Au ciel le Christ exerce en permanence son sacerdoce, “étant toujours vivant pour intercéder en faveur de ceux qui par lui s’avancent vers Dieu”(He 9,25). Comme “grand prêtre des biens à venir” (He 9,11), il est le centre et l’acteur principal de la liturgie qui honore le Père dans les cieux.

Le Christ, désormais, siège à la droite du Père: “Par droite du Père nous entendons la gloire et l’honneur de la divinité, où celui qui existait comme Fils de Dieu avant tous les siècles comme Dieu et consubstantiel au Père, s’est assis corporellement après qu’il s’est incarné et que sa chair a été glorifiée” (S. Damascène).

La session à la droite du Père signifie l’inauguration du règne du Messie, accomplissement de la vision du prophète Daniel concernant le Fils de l’homme: “A lui fut conféré empire, honneur et royaume, et tous les peuples, nations et langues le servirent. Son empire est un empire à jamais, qui ne passera point et son royaume ne sera point détruit” (Da 7,14). A partir de ce moment, les apôtres sont devenus les témoins du “Règne qui n’aura pas de fin”.

Ainsi quand Jésus nous invite à recevoir l’Esprit Saint pour devenir ses témoins jusqu’aux extrémités de la terre, vous en comprenez alors l’urgence. Il nous faut annoncer Jésus-Christ pour que toute homme puisse par le baptême revêtir le Christ, par le baptême être dans le Christ ; pour qu’avec le Christ il puisse monter à son tour au ciel, auprès du Père. Que par le Baptême tout homme soit greffé au Christ, et membre de son corps il puisse un jour rejoindre la tête du corps auprès de Dieu.

Oui, que cette fête de l’Ascension nous donne un grand désir du Ciel pour nous et nos frères humains.

Abbé R. d’Anselme

30 sanctuaires du monde entier s’unissent dans un “marathon de prière”

Une chaine de prière reliant trente sanctuaires à travers le monde pour invoquer la fin de la pandémie et la reprise des activités économiques et sociales se déroule ce mois-ci à l’initiative du Pape François. À l’image du verset “De toute l’Église montait sans cesse la prière vers Dieu” (Ac 12, 5), ces trente sanctuaires relaieront la prière du Pape et de toute l’Eglise pour que les fidèles catholiques de toutes les régions du monde se joignent à cette prière.

Unis par la prière du Rosaire, chaque jour du mois sera consacré à une intention dédiée aux personnes les plus affectées par la pandémie.

Le 1er mai à 18h, entouré de familles des paroisses de Rome ainsi que des jeunes représentants différents mouvements de la nouvelle évangélisation, le pape François a donné le coup d’envoi de ce mois dans la basilique Saint-Pierre de Rome. Il a prié les yeux tournés vers La Madonna del Soccorso. À l’occasion de cette prière inaugurale, le pape a béni des chapelets qui ont été envoyés aux trente sanctuaires concernés.

Le 18 mai, c’est le sanctuaire de Lourdes qui constituera un maillon de cette chaîne lors d’une journée spécialement organisée à cet effet. L’intention particulière portée par ce chapelet de Lourdes sera pour le personnel soignant.

La prière de conclusion par le Pape, prévue le 31 mai, se déroulera dans un lieu significatif, depuis les jardins du Vatican.

Article à retrouver sur le site de l’Eglise catholique en France

Retrouvez au bas de l’article la carte des 30 sanctuaires participant au marathon de prière.

Visionnez ci-dessous les diffusions des prières des sanctuaires, ou sur la chaîne youtube de KTO TV ou celle de Vatican News :

Mardi 4 mai :

Mercredi 5 mai :

Voir en plein écran

Pèlerinages des épouses/mères et époux/pères

Époux et parents, marchons pour nos familles, avec saint Joseph :
– 11, 12 et 13 juin pour les épouses et mères
– 2, 3 et 4 juillet pour les époux et pères

  • Marche pèlerinage avec bivouac, sous tente
  • Du vendredi (départ Arradon) au dimanche (arrivée à Sainte Anne d’Auray
  • Accompagnée par le Père Arnaud Calonne et d’autres prêtres

Ouvert à toutes les épouses et mères de famille et à tous les époux et pères de famille.

Contact

Contacter le service de Pastorale familiale

Plus d’infos sur le site
Informations et inscriptions : 06 50 06 19 78 / 06 72 55 82 19

Les conditions de célébration dans les églises

Depuis le début de la pandémie de la covid 19, le diocèse de Vannes, par la voix de son évêque, a toujours appelé à respecter et à appliquer scrupuleusement toutes les exigences sanitaires : dans les églises lors des diverses célébrations et, d’une façon générale, dans l’organisation de l’activité des paroisses. En lien avec les services de la préfecture, cela a permis une situation satisfaisante, de telle sorte qu’aucun cluster n’a été déclaré, dans aucune paroisse.

A l’occasion de ce nouveau temps de restriction, il a été rappelé à tous les prêtres du diocèse de continuer à veiller à ce que les consignes sanitaires soient bien appliquées : distanciation, port du masque, utilisation de gel hydro-alcoolique pour les fidèles à l’entrée de l’église et pour les prêtres chaque fois que cela est nécessaire. Pour tout catholique, le respect de ces consignes relève tant de la charité que du devoir civique.

Rappelons aussi qu’en cette période de crise sanitaire, il est préconisé de recevoir la communion sur la main. Toutefois si pour d’impérieuses raisons de conscience, des personnes ne pouvaient pas communier sur la main, elles veilleraient à ne pas s’intercaler dans la file de communion mais se présenteraient à la fin et le prêtre prendrait alors toutes les mesures sanitaires nécessaires pour ne pas risquer de les contaminer.

Tout en tenant compte des exigences sanitaires, le but est que la foi des catholiques puisse être célébrée au mieux, en toute sécurité et dans le respect de chacun. Si des pratiques inadaptées étaient constatées malgré tout, le diocèse ne manquerait pas de rappeler à chacun ses obligations impérieuses.

Communiqué du 9 avril 2021.

Le coin caté du dimanche : temps pascal 2021

Chaque dimanche, le service de pastorale catéchétique du diocèse vous propose de vivre un parcours avec les enfants, par tranche d’âges : éveil à la foi, primaires et ados. Des livrets téléchargeables sont à votre disposition au bas de chaque page.

Ascension du Seigneur, 13 mai 2021


6ème dimanche du Temps Pascal, 9 mai 2021


5ème dimanche du Temps Pascal, 2 mai 2021


4ème dimanche du Temps Pascal, 25 avril 2021


3ème dimanche du Temps Pascal, 18 avril 2021


2ème dimanche du Temps Pascal, 11 avril 2021

Dimanche de la Miséricorde


Dimanche de Pâques : Il est ressuscité !


Dimanche des Rameaux, 28 mars et semaine Sainte


5ème dimanche de Carême, 21 mars


Solennité de Saint Joseph, 19 mars

Proposition du SNCC


4ème dimanche de Carême, 14 mars


3ème dimanche de Carême, 7 mars


2ème dimanche de Carême, 28 février


1er dimanche de Carême, 21 février


Entrée en carême et Mercredi des cendres

(Re)découvrir Amoris Laetitia en cette année de la famille

La pastorale familiale du diocèse vous propose de (re)découvrir et approfondir le message de l’exhortation apostolique sur la beauté et la joie de la famille. Elle publiera chaque semaine et tout au long de l’année, un court passage accompagné d’une méditation ou d’un témoignage.

9ème chronique

Nous devons trouver les mots, les motivations et les témoins qui nous aident à toucher les fibres les plus profondes des jeunes, là où ils sont le plus capables de générosité, d’engagement, d’amour et même d’héroïsme, pour les inviter à accepter avec enthousiasme et courage le défi du mariage.

AL§40

Ecoutez le témoignage de Rémi au micro de RCF Sud Bretagne :


L’année de la “famille Amoris Laetita” voulue par le pape a été lancée ce 19 mars 2021 dernier, à l’occasion du 5e anniversaire de la publication de son exhortation apostolique Amoris laetitia, sur la beauté et la joie de l’amour.

Pour suivre sur les réseaux sociaux du diocèse l’ensemble des chroniques de la pastorale familiale :

Facebook : https://facebook.com/DioceseDeVannes/
Twitter : https://twitter.com/Diocese56
Instagram : https://instagram.com/diocesedevannes

Le pape décrète une année spéciale Saint Joseph

A l’occasion du 150e anniversaire de la proclamation de l’Époux de la Vierge Marie comme Patron de l’Église universelle, par le bienheureux Pie IX (le 8 décembre 1870 par le décret “Quemadmodum Deus”), le pape François a voulu dédier une année spéciale au père putatif de Jésus. Il l’explique dans la Lettre Apostolique Patris corde, parue ce 8 décembre 2020.

©Paroisse de locmariaquer

Le but de cette Lettre Apostolique est de faire grandir l’amour envers ce grand saint, pour être poussés à implorer son intercession et pour imiter ses vertus et son élan” , explique le pape François dans la lettre apostolique.En effet, la mission spécifique des saints est non seulement d’accorder des miracles et des grâces, mais d’intercéder pour nous devant Dieu […].”

Je voudrais que “la bouche exprime ce qui déborde du cœur” (cf. Mt 12, 34), pour partager avec vous quelques réflexions personnelles sur cette figure extraordinaire, si proche de la condition humaine de chacun d’entre nous.”

La pandémie de Covid-19, écrit le Pape, nous fait comprendre l’importance des personnes ordinaires, celles qui, éloignées des projecteurs, font preuve de patience, insufflent l’espérance et veillent à créer une vraie co-responsabilité, à l’image de saint Joseph.”

Nous pouvons tous trouver en saint Joseph l’homme qui passe inaperçu, l’homme de la présence quotidienne, discrète et cachée, un intercesseur, un soutien et un guide dans les moments de difficultés., […] et qui pourtant joue un rôle inégalé dans l’histoire du salut». Lire sur Vatican news

Le pape décline en 7 points, dans cette lettre intitulée “un coeur de Père”, la figure du Père par excellence qu’est Saint Joseph : un père aimé, tendre et obéissant, un père qui accueille la volonté de Dieu et du prochain, un père courageux et créatif, exemple d’amour pour l’Église et les pauvres, un père qui enseigne la valeur, la dignité et la joie du travail, un père dans l’ombre, décentré par amour de Marie et Jésus…

Le pape François conclue : “Il ne reste qu’à implorer de saint Joseph la grâce des grâces : notre conversion.”

Lire la lettre apostolique Patris corde

La prière quotidienne du Pape à saint Joseph

Tous les jours, depuis plus de quarante ans, après les Laudes, je récite une prière à saint Joseph tirée d’un livre français de dévotions des années 1800, de la Congrégation des Religieuses de Jésus et Marie, qui exprime dévotion, confiance et un certain défi à saint Joseph“, explique le pape François.

Salut, gardien du Rédempteur,
époux de la Vierge Marie.
À toi Dieu a confié son Fils ;
en toi Marie a remis sa confiance ;
avec toi le Christ est devenu homme.


O bienheureux Joseph,
montre-toi aussi un père pour nous,
et conduis-nous sur le chemin de la vie.
Obtiens-nous grâce, miséricorde et courage,
et défends-nous de tout mal. Amen.

Indulgence plénière pour «l’Année saint Joseph»

La Lettre apostolique Patris corde s’accompagne d’un décret de la Pénitencerie apostolique annonçant la concession relative du «don d’indulgences spéciales».

©Vatican News

Abus sexuels : le diocèse à l’écoute des victimes

Pour que ces phénomènes, sous toutes leurs formes, ne se reproduisent plus, il faut une conversion continue et profonde des cœurs, attestée par des actions concrètes et efficaces qui impliquent chacun dans l’Eglise, si bien que la sainteté personnelle et l’engagement moral puissent contribuer à promouvoir la pleine crédibilité de l’annonce évangélique et l’efficacité de la mission de l’Eglise.”

Pape François – 9 mai 2019
 Lettre apostolique
L’Eglise lutte contre les abus sexuels
Cellule d’écoute du diocèse de Vannes
Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise

SOUTENEZ NOS PROJETS !

Pour que l’Église soit présente auprès des plus fragiles

JE CHOISIS DE SOUTENIR UN PROJET FRATERNEL

Chez nous, cette année, le diocèse de Vannes propose 3 projets :

« Je forme le voeu qu’en cette époque que nous traversons, en reconnaissant la dignité de chaque personne humaine, nous puissions tous ensemble faire renaître un désir universel d’humanité.
[…] Voici un très beau secret pour rêver et faire de notre vie une belle aventure. Personne ne peut affronter la vie de manière isolée. […] Nous avons besoin d’une communauté qui nous soutient, qui nous aide et dans laquelle nous nous aidons mutuellement à regarder de l’avant. Comme c’est important de rêver ensemble ! »

Pape François
§8-Encyclique Fratelli tutti

Diaconie ?
La Diaconie est la mise en oeuvre de l’Évangile au service de la personne, notamment des plus pauvres.
Elle touche et fonde toute vie chrétienne.

À SAVOIR : Si vous êtes imposable
Vous pouvez déduire de votre impôt sur le revenu 66 % de votre don, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.
Par exemple :
• Si vous donnez 60 € votre don vous coûtera 20,40 €,
• Si vous donnez 120 € votre don vous coûtera 40,80 €
Un reçu fiscal vous sera adressé.

Athénée : La pietà de Michel-Ange et l’espérance de la Résurrection

Dans cette nouvelle vidéo Athénée (Institut de formation du diocèse de Vannes), Stefania Tullio Cataldo-Morand, docteur en histoire de l’art, commente la Pietà de Michel-Ange, exposée dans la basilique Saint Pierre, Cité du Vatican. À travers cette oeuvre, l’artiste délivre une vision de la mort éclairée par la Résurrection. Bonnes fêtes de Pâques !

Fratelli tutti : encyclique du Pape François – 3 octobre 2020

Dans son encyclique sociale intitulée “Fratelli tutti”, le saint Père place la focale sur la dimension universelle de l’amour fraternel. Cette nouvelle encyclique consacrée à la fraternité et à l’amitié sociale a été donnée le 3 octobre, près de la tombe de saint François d’Assise et à la veille de sa fête. Cinq ans après Laudato Si, le “Poverello” (le petit pauvre) d’Assise continue d’inspirer le souverain pontife.

Après avoir décrit dans un premier chapitre les “ombres d’un monde fermé”, le saint Père trace les chemins d’espérance, à partir de la parabole du Bon Samaritain (Luc 10, 25-37). Il invite à penser et gérer un monde ouvert (troisième chapitre), avec un coeur ouvert. Enfin les derniers chapitres exposent les pistes politiques pour vivre effectivement l’amour social.

« L’amour social est une « force capable de susciter de nouvelles voies pour affronter les problèmes du monde d’aujourd’hui et pour renouveler profondément de l’intérieur les structures, les organisations sociales, les normes juridiques ».

Lire aussi sur le site de la CEF

Ecouter l’encyclique en podcasts

DML Février 2021

Retrouvez ici les éléments du Dossier Mensuel de Liaison (DML) pour le mois de FÉVRIER 2021 : aux formats .jpeg et .pdf. Vous souhaitez demander une parution ? Recevoir le DML par mail ? Abonner une personne ou encore signaler un changement d’adresse ? N’hésitez pas à contacter le service diocésain de communication : comdiocese56@gmail.com ou au 02 97 68 16 50 !

2 février : lumière sur des vies données !

Nous fêtons aujourd’hui 2 février la Présentation de Jésus au Temple, la fête de la Chandeleur. 40 jours après Noël, Jésus est présenté au Temple pour être racheté selon la tradition juive : en effet, depuis la sortie d’Égypte, après la mort de tous les premiers-nés d’Égypte et la fête de la première Pâque, chaque premier mâle (hommes ou bêtes) devait être offert au Seigneur. L’offrande de Jésus entre dans cette tradition : Marie et Joseph sont venus, comme tous les jeunes parents de leur époque, offrir à Dieu leur fils et le « racheter ».

La liturgie a perpétué cet événement en associant cette première entrée de Jésus enfant dans le Temple à ces cierges qui sont bénis à l’occasion pour que les familles puissent les rapporter dans leur foyer afin que la lumière du Christ y rayonne. Fête de la lumière, elle annonce bien entendu la splendeur d’une autre lumière : celle de la nuit pascale. Alors que le Christ s’est offert lui-même pour nous racheter du péché et de la mort, il surgit dans la nuit de Pâques, que là aussi la liturgie accompagne du symbole du cierge : le cierge pascal et ces cierges que nous portons en main tout au long de la vigile.

« Petite Pâques »

Ce symbole de la lumière trouve un écho dans la vie profane : la forme des crêpes que nous mangeons traditionnellement à la Chandeleur rappelle le disque solaire et évoque aussi le retour prochain du printemps au cours duquel nous célébrerons Pâques.

La fête de la Présentation est donc une « petite Pâques » qui nous annonce l’offrande que Jésus a fait de sa vie pour nous. Voilà pourquoi nous fêtons aujourd’hui celles et ceux qui ont choisis de consacrer leur vie au Seigneur : ces consacrés sont pour les chrétiens le rappel visible du don total du Fils de Dieu pour nous sauver.

« Aujourd’hui ton Fils éternel est présenté dans le Temple, et l’Esprit Saint, par la bouche de Syméon, le désigne comme la gloire de ton peuple et la lumière des nations.
Joyeux nous aussi d’aller à la rencontre du Sauveur, nous te chantons avec les anges et tous les saints …»

Préface

Bouleversés par le don “jusqu’au bout” du Christ, des baptisés choisissent de répondre par le don total et exclusif de leur vie, pour marcher à sa suite.

La journée de la vie consacrée est célébrée le jour de la Présentation de Jésus : « une éloquente icône du don total de soi pour tous ceux qui ont été appelés à reproduire dans l’Église et dans le monde, par les conseils évangéliques, “les traits caractéristiques de Jésus chaste, pauvre et obéissant”». (Vita consecrata).

La vie consacrée« enrichit et réjouit l’Église par la multiplicité des charismes et le dévouement de tant de vies totalement données ». Ainsi le diocèse de Vannes est riche de plus de trente congrégations et communautés religieuses !

La vie consacrée, signe pour le monde ? Réponse avec le frère Benoît, père abbé de l’abbaye de Timadeuc.

Quel est le sens du 2 février pour vous ?

Cette journée nous invite à nous rappeler que Dieu fait des merveilles pour chacun et que l’Église a besoin de personnes qui répondent à une vocation particulière. Certains se marient, d’autres choisissent de rester célibataires, d’autres encore de répondre à un appel particulier comme la vocation monastique. On a besoin de toutes ces vocations qui nous disent, chacune à leur manière, que Dieu nous aime, qu’il ne nous laisse pas orphelins, qu’il ne nous abandonne pas à notre triste sort, mais qu’au contraire il noue une alliance avec nous et qu’il attend de notre part une relation vivante avec Lui. Il est à espérer que beaucoup osent vivre pleinement la vocation à laquelle le Seigneur les appelle.

En quoi les consacrés sont-ils un signe pour le monde ?

La vie consacrée est le signe que Dieu est toujours à l’œuvre en cet âge, qu’Il est bien vivant, en tout cas pour ceux et celles qui entendent sa parole et qui décident un jour de tout quitter pour se mettre à son service. Tous les consacrés sont les témoins du fait que la parole de Dieu est toujours d’actualité et qu’il vaut la peine de se mettre à son écoute. Elle peut donner sens à toute une vie, elle est source de joie, d’épanouissement. La vie consacrée, c’est aussi un chemin d’accomplissement de soi. Quand le Seigneur appelle quelqu’un, c’est pour qu’il soit heureux, pour qu’il témoigne de cette joie qui ne passera pas et que Jésus nous a promise.

Retrouvez l’interview complète du frère Benoît
dans Chrétiens en Morbihan, le journal du diocèse de Vannes, à partir du 15 février.

Consacré(e)s dans le diocèse de Vannes : quatre témoignages en vidéo (février 2019)

Evêché – Accueil

A compter du 3 novembre2020, l’évêché sera fermé au public. Un accueil téléphonique y sera assuré de 9h à 12h, du lundi au vendredi.

Evêché
14 Rue de l’Evêché – CS 82003 – 56001 VANNES CEDEX
accueil.eveche@diocese-vannes.fr
Tél : 02 97 68 30 60

24 janvier : Dimanche de la Parole de Dieu

Ce 24 janvier, l’Église célèbre « le dimanche de la Parole de Dieu ». Institué en septembre 2019 par le Pape François et vécu pour la première fois l’année dernière, ce dimanche est une occasion pour chaque communauté et pour chaque baptisé de renouveler son engagement à approfondir, prier, mettre en pratique et faire connaître la Parole de Dieu : vivante et efficace !

« Il est donc bon que ne manque jamais dans la vie de notre peuple ce rapport décisif avec la Parole vivante que le Seigneur ne se lasse jamais d’adresser à son Épouse, afin qu’elle puisse croître dans l’amour et dans le témoignage de foi».

Pape François, lettre apostolique « Aperuit illis ».

Dans sa note en vue du dimanche de la Parole de Dieu, le cardinal Robert Sarah réaffirme combien « la Parole de Dieu écoutée et célébrée, surtout dans l’Eucharistie, alimente et fortifie intérieurement les chrétiens et les rend capables d’un authentique témoignage évangélique dans la vie quotidienne ».

Prochainement, dans votre revue diocésaine
« Chrétiens en Morbihan » : dossier spécial
sur la Parole de Dieu

« Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur, afin que tu la mettes en pratique »

Dt 30, 14.

La Parole de Dieu nous travaille, pénètre dans notre cœur, le façonne et l’unit à Lui. Le Seigneur ouvre en effet notre intelligence à la compréhension des Écritures (Lc 24, 45), jusqu’à nous faire désirer ce qu’Il désire. Lecture méditée de l’Évangile, lectio divina, etc. : ayons faim de nous en nourrir au quotidien et goûtons sans modération cette communion qui nous fera l’annoncer !

Opération URGENCE LIBAN

Depuis plusieurs semaines, nous avons vu des images révélatrices de la détresse dans laquelle vivent les libanais : à la chute de la monnaie, se sont ajoutés une pénurie de certains médicaments, des difficultés pour se nourrir, une flambée des prix, et des chantiers de reconstruction colossaux.

Dans un souci de solidarité envers nos frères chrétiens du Liban, l’Enseignement Catholique du Morbihan propose aux établissements qui le souhaitent de participer à une collecte de fonds pour aider à la remise en état de l’ensemble scolaire des Saints Coeurs Sioufi, et l’ensemble scolaire Notre Dame de la Paix Dora, situés à Beyrouth“, explique Stéphane Gouraud, directeur de l’EC56.

Les élèves pourront déposer leur don dans des bocaux en verre mis à leur disposition. Les fonds récoltés iront en intégralité aux ensembles scolaires cités, par l’intermédiaire de l’association « L’oeuvre d’Orient ».

En savoir plus ICI sur l’ensemble scolaire des Saints-Coeurs-Sioufi

Pour tout renseignement sur l’opération, contactez :
Myriam de La Peschardière
DDEC du Morbihan
CS 72196
56005-VANNES Cedex
myriam.delapeschardiere@e-c.bzh

Retrouvez l’école Notre-Dame de la Paix sur Facebook :

https://www.facebook.com/collegendp/photos/pb.812633295558692.-2207520000../1740950336060312/?type=3&theater

SERVIR : un stage liturgique pour collégiens et lycéens

Initiée en 2019, cette session mixte, coordonnée par le Service Diocésain de Liturgie du diocèse de Vannes, est proposée aux jeunes acteurs de la liturgie en vue de soutenir la vie liturgique des communautés locales. Il s’agit pour tous de mieux atteindre un objectif commun : une liturgie plus belle et un chemin croissance spirituelle.

Du dimanche 21 février 2021 (messe de 11h), au jeudi 25 février après la messe de 11h présidée par monseigneur Centène.


La session propose une dynamique pédagogique riche de temps d’enseignement liturgique et d’ateliers séparés ou communs. Par ailleurs, les jeunes pourront vivre un temps privilégié de rencontres, de célébrations et d’animations spirituelles ou de détente.

Ce projet est rendu possible grâce à la collaboration fructueuse de nombreux services diocésains (Musque liturgique, Servants, Art sacré, Communication), ou encore de partenaires (Académie de Musique). Nous remercions par ailleurs le recteur de Sainte Anne pour l’accueil de ce projet sur le site.

Nous serons accueillis gratuitement dans les locaux de l’Académie pour les ateliers ainsi qu’au Foyer Jean-Paul II pour l’hébergement, permettant un coût maitrisé et accessible. Il faut ici remercier également tous les bénévoles engagés dans ce projet (séminaristes, prêtres religieux et autres laïcs) qui offrirons leurs services et compétences pour un projet lumineux et de qualité !

En ce temps de précautions sanitaires, nous saurons veiller par des protocoles spécifiques à la santé de tous, en adaptant les ateliers (surtout le chant) en fonction des recommandations. Nous souhaitons cependant permettre à chacun de sortir d’une ambiance parfois lourde générée par cette pandémie depuis plusieurs mois.

Trois ateliers seront proposés :

  • Le service d’autel et d’assemblée. Nous faisons le choix de distinguer le service d’autel pour les garçons et celui de l’assemblée pour les filles, ce qui n’empêche pas les paroisses d’adapter ce principe en fonction des réalités locales.
  • L’accompagnement instrumental (il n’y aura cependant pas de cours d’orgue cette année). Il s’agira de préparer musicalement les messes quotidiennes de 11h.
  • Le chant (choeur pour tous, petit choeur spécifique, et animation d’assemblée pour les lycéens qui le souhaiteraient).

Informations générales

  • Porteur du Projet : Service diocésain de Liturgie – Emmanuel AUVRAY, délégué diocésain.
  • Responsable pédagogique des Servants : père Gwénaël Airault, responsable du service, avec la contribution d’Irène de Château-Thierry (Art sacré) et du père Johann Ribette.
  • Responsable pédagogique chant et instruments : Académie de Musique de Sainte Anne d’Auray (Gilles Gérard, chef de choeur), en lien avec le père Jean Duparc..
  • En charge du suivi administratif et de l’animation : une équipe autour de Gildas Colas des Francs, séminariste et diplômé BAFD.
  • En charge de l’animation spirituelle : une équipe autour du père Jean-Marie Surel et du père Joël Bernard.

Prix : 60€ par chèque à l’ordre SDPLS Vannes (pas de chèque encaissé avant l’assurance définitive de la tenue du stage)

S’inscrire

Pour s’inscrire, cliquez ICI

Reconfinement dans la foi, l’espérance et la charité !

Les paroisses et les services diocésains se mobilisent pour aider les fidèles à vivre le reconfinement dans la foi, l’espérance et la charité ! Retrouvez ici quelques propositions et n’hésitez pas à contacter votre paroisse !

CEF – Une jauge réaliste pour les deux prochains dimanches

Communiqué de la CEF du 2 décembre 2020

UNE JAUGE RÉALISTE POUR LES DEUX PROCHAINS DIMANCHES
La Conférence des évêques de France prend connaissance de la jauge rendue publique aujourd’hui par le ministre de l’Intérieur pour ce qui concerne les célébrations publiques dans les lieux de culte. 

La CEF estime que cette mesure proportionnée à la capacité d’accueil des édifices, bien que contraignante, est applicable. Elle impose de « laisser libres deux sièges entre chaque personne ou entité familiale et de n’occuper qu’une rangée sur deux ». Les fidèles catholiques devront donc appliquer cette mesure, en particulier, les deux prochains dimanches 6 et 13 décembre.

Cette nouvelle mesure, plus réaliste et dont la CEF a été informée en début d’après-midi, fait suite à la consultation des cultes organisée depuis dimanche par le gouvernement. La CEF se réjouit que se renoue un dialogue constructif avec les pouvoirs publics. Elle attend maintenant, à la lecture des données sanitaires, l’éventuelle réévaluation de cette jauge à partir du 15 décembre.

De dimanche en dimanche, cette période de l’Avent entamée le 29 novembre, est un chemin vers Noël. Les communautés catholiques espèrent de tout leur cœur pouvoir célébrer le grand mystère de la foi dans les églises le 24 au soir, avec le moins de restriction possible. Ils sont conscients que l’attention aux précautions sanitaires est toujours nécessaire. 

Télécharger le communiqué du 2 décembre 2020 en pdf
Communiqué de la CEF du 29 novembre 2020

DÉCISION DU CONSEIL D’ÉTAT DU 29 NOVEMBRE 2020 : LE DROIT A ÉTÉ RÉTABLI ET LA RAISON RECONNUE

Par sa décision du 29 novembre 2020, le juge des référés du Conseil d’État a retenu le caractère disproportionné de la mesure gouvernementale qui limitait à 30 le nombre de personnes autorisées à assister aux cérémonies religieuses dans les lieux de culte, en relevant qu’il n’y avait pas de justification à cette interdiction absolue et générale « alors qu’aucune autre activité autorisée n’est soumise à une telle limitation fixée indépendamment de la superficie des locaux en cause ».
 
Ce soir, à l’occasion de leur rencontre avec le Premier ministre, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, Président de la CEF et archevêque de Reims, Mgrs Dominique Blanchet (évêque de Belfort- Montbéliard), et Olivier Leborgne, (évêque d’Arras), vice-présidents de la CEF,  Mgr Dominique Lebrun (archevêque de Rouen), membre du Conseil permanent et Mgr Stanislas Lalanne (évêque de Pontoise) rediront leur souhait que soit acté, dans les trois jours qui ont été impartis au gouvernement par la décision du juge des référés du Conseil d’État, l’adoption d’une jauge réaliste, comme le prévoyait le protocole sanitaire qu’elle avait déjà présenté. 

La CEF considère que le droit a ainsi été rétabli et que la raison a été reconnue. Elle souhaite pour autant que le recours judiciaire reste l’exception dans un réel dialogue dont elle attend la reprise. 

Que ce premier dimanche de l’Avent nous prépare à accueillir le Seigneur qui vient. 

Télécharger le communiqué du 29 novembre 2020 en pdf

COMMUNIQUE DU 26 NOVEMBRE 2020

JAUGE À 30 PERSONNES CE DIMANCHE : UNE MESURE QUI DEMEURE IRRÉALISTE ET INAPPLICABLE

C’est avec regret que la Conférence des évêques de France (CEF) apprend que la jauge de 30 personnes par lieu de culte pour les célébrations est maintenue pour ce dimanche. Après l’appel du Président de la République à l’issue de son discours du mardi 24 novembre, elle attendait une rectification de cette mesure et la mise en place d’une « jauge réaliste » dès ce 28 novembre. Il n’en est rien !

Le Premier ministre explique sa fermeté par la situation épidémiologique ; néanmoins les protocoles présentés par les différentes religions auraient pu permettre des décisions plus facilement applicables et équitables.

La CEF s’interroge sur les véritables critères utilisés par le gouvernement pour fixer les conditions de ce confinement. Certes les cultes ne sont pas des commerces mais traiter ainsi les religions, c’est considérer comme accessoire la foi de millions de croyants. C’est une grave erreur pour notre société tout entière.

Le Premier ministre s’est engagé à ouvrir la discussion sans attendre pour permettre dès que possible une jauge proportionnée à la taille des édifices. La Conférence des évêques de France réclame une véritable concertation plus efficace pour aboutir à un accord. Dans ce contexte elle se réserve toujours la possibilité d’utiliser les moyens de droit appropriés.

La Conférence des évêques de France réaffirme l’engagement plein et entier des catholiques dans la lutte contre cette épidémie et leur volonté de servir au plus grand bien de notre société.

Télécharger le communiqué du 26 novembre 2020 en pdf

COMMUNIQUE DU 24 NOVEMBRE 2020

Déclaration du Président de la République ce 24 novembre 2020
30 PERSONNES PAR CÉLÉBRATION : LES CATHOLIQUES N’ONT PAS ÉTÉ ENTENDUS
La Conférence des évêques de France (CEF) est à la fois déçue et surprise par l’annonce faite ce soir par le Président de la République concernant le nombre de 30 personnes autorisées dans le cadre de l’exercice public du culte à partir du 29 novembre.

Cette annonce n’est pas du tout conforme aux discussions qui ont eu lieu ces dernières semaines avec les ministres concernés. Dès ce soir, avec des représentants d’autres confessions chrétiennes, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, Président de la CEF, a interpellé le Président de la République pour demander que soit révisée cette mesure. En effet, cette mesure irréaliste et inapplicable est tout à fait irrespectueuse de la réalité de la pratique religieuse des catholiques.

L’Église catholique a proposé dans son protocole un espace de 4m2 autour de chaque fidèle et une occupation partielle de l’église au 1/3 de la capacité habituelle.

Les catholiques sont conscients des enjeux sanitaires et sont capables de faire preuve d’une totale responsabilité dans l’application des règles de protection. La mesure annoncée paraît ignorer ce sens des responsabilités dont ils ont déjà su faire preuve depuis le début de l’épidémie.

La période de l’Avent qui s’ouvre devant nous est un temps fondamental de préparation à Noël. Le rassemblement dominical constitue une étape essentielle pour les fidèles durant cette période.

Télécharger le communiqué du 24 novembre 2020 en pdf

COMMUNIQUE DU 25 NOVEMBRE 2020

REPRISE DES CULTES PUBLICS A PARTIR DU 28 NOVEMBRE
LA CEF ATTEND UNE JAUGE RÉALISTE POUR LE NOMBRE DE FIDÈLES AUTORISES AUX CÉLÉBRATIONS PUBLIQUES

Suite à l’incompréhension manifestée par les catholiques et d’autres quant au nombre de 30 personnes autorisées à assister à une célébration publique à partir du 28 novembre, le Président de la CEF, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, et le Président de la République, M. Emmanuel Macron, ont eu un échange téléphonique hier soir, 24 novembre.

Il ressort qu’une jauge réaliste, tout en restant stricte, sera définie d’ici jeudi matin pour une mise en application en deux étapes : samedi 28 novembre puis après la réévaluation du 15 décembre.
 
C’est dans cette perspective que la CEF continue son dialogue avec les services du Premier Ministre et du Ministre de l’Intérieur.

Télécharger le communiqué du 25 novembre 2020 en pdf