“Il faut guérir !”

P1030319Thérèse témoigne.

Au départ, “on se croit fort(e), bien aidé(e), entouré(e). Et puis on est pris par les démarches ; l’entourage nous rassure : « tu vas être fatiguée mais après ça va aller ! Il faut repartir, secoue-toi maintenant ! ». On sent bien qu’on ne doit pas montrer sa peine longtemps…Il y a également une forme de déni : tout n’était qu’un rêve, il va revenir… Quelques mois plus tard, on cherche son conjoint dans le lit, à la place qui était la sienne. Non, il n’est plus là, il ne reviendra jamais. On ressasse la fin de vie, la faute des docteurs, avec parfois de la culpabilité : ai-je fait ce qu’il fallait pour être à son écoute, pour l’accompagner ?”.

Comment guérir ?

Pour Thérèse, tant que la souffrance n’a pas été dite, il est très dur d’avancer… “Pour moi, le rebond s’est produit lorsque j’ai rencontré deux personnes d’Espérance et Vie. Je me suis dit : « tu ne vas quand même pas baisser les bras parce que tu es seule maintenant ? ». Et pour continuer à porter seule ce que nous portions à deux, c’est comme si j’avais reçu une force ! Espérance et Vie a consolidé cette force d’aller de l’avant”.

Lire d’autres témoignages