Notre-Dame du Roncier 2021 : ne restons pas spectateurs !

Le Pardon de Notre-Dame du Roncier a été marqué cette année 2021 par la présence de Son Excellence Monseigneur Samir Nassar, archevêque maronite de Damas en Syrie depuis 15 ans.

Mgr Nassar et Père J.Sécher

Ami de longue date du père Jérôme Sécher, recteur du sanctuaire, qu’il a accueilli sur sa terre comme missionnaire pendant 7 ans, Monseigneur Nassar est venu, à l’invitation de celui-ci, présider le pardon. “Le père Jérôme a voulu manifester ainsi une ouverture de l’Eglise de France aux chrétiens d’Orient dont la présence diminue dramatiquement“, explique Son Excellence. “Je suis très content de découvrir ici une église vivante, des chrétiens qui osent afficher leur foi, des séminaristes et un clergé heureux.

Monseigneur Centène remerciera Son Excellence de sa venue, qui “donne une ouverture à notre diocèse sur ce que sont les chrétiens d’Orient. Avoir les yeux ouverts sur ce qui se passe ailleurs nous permet de relativiser nos misères et notre confort, qui peut nous échapper demain, mais aussi à relativiser les difficultés que nous rencontrons dans notre pastorale.

Monseigneur Nassar et Monseigneur Centène

Face aux difficultés de l’Eglise d’Orient, affaiblie par la guerre, l’insécurité, la faible démographie des fidèles, le développement de la religion musulmane, il faut garder l’Espérance. “On estimait le nombre des chrétiens de Syrie avant la guerre à 5 % de la population. Aujourd’hui ils sont moins de 2%.” L’Eglise de Syrie s’appuie entièrement sur celle du Liban : séminaire, noviciat, faculté de théologie.

Réécoutez les explications de Monseigneur Nassar, au micro de RCF Sud Bretagne :

Deux choses nous font cependant espérer malgré nos souffrances et nos difficultés“, continue Monseigneur Nassar, ” nous avons toujours des vocations et nous faisons presque des concours d’entrée au séminaire !… La deuxième raison de garder espoir est la famille, qui se maintient et est unie, solidaire.”

Monseigneur Nassar ne repartira pas les mains vides : les grâces de Notre-Dame du Roncier et les prières des pèlerins accompagneront son retour : “Je découvre Notre-Dame du Roncier que je ne connaissais pas. J’emporte avec moi cette petite statuette devant laquelle je ferai prier.” “Je confie notre Eglise d’Orient à vos prières !

Le message de Monseigneur Nassar aux catholiques bretons

A l’instar de saint Jean-Paul II qui interpellait les chrétiens de France lors de sa venue en 1981 : « France qu’as-tu fait de ton baptême ? », Notre-Dame du Roncier nous pose plus fortement encore cette question, affirme Monseigneur Nassar dans son homélie de la messe pontificale, mercredi 8 septembre.

Car si nous venons à ce pardon remplis de toutes nos demandes, Notre-Dame, en retour, nous interroge. Qu’avons-nous fait de notre baptême, de nos enfants, de notre famille, école de la foi, de notre pays et de nos instances civiles, enfin, de nos paroisses et de notre soutien à nos pasteurs ?

Notre-Dame du Roncier, en sa fête, nous dresse une liste de demandes et de grâces. Elle nous demande de méditer et réfléchir pour voir ce que l’on peut faire mieux, pour être dans la grâce de la Mère de Dieu.

Monseigneur Nassar nous parle du pardon :

Développer les sanctuaires du diocèse, père Philippe Le Bigot, vicaire général :

Une marche pèlerine pour Notre-Dame

Chaque année, une marche pèlerine part de Ploërmel, et s’achève à Josselin par la grande procession et la messe pontificale. Réunissant habituellement entre 20 à 50 personnes, le groupe a même rassemblé “jusqu’à une centaine de personnes, dont beaucoup de familles avec enfants, lorsque le 8 septembre est tombé un dimanche !“, explique Marie-Odile, une des paroissiennes à l’origine de la marche du pardon.

Les “pèlerins du Roncier” 2021

Gilles, “co-lanceur” avec son épouse Gwénola, et avec un couple d’amis, Alain et Marie-Odile, explique : “nous faisions cette marche chaque année entre amis, depuis 2005. Il y a environs 5 ans, nous nous sommes dit que cela pourrait intéresser d’autres personnes, alors nous avons fait la proposition en paroisse. Tout de suite ça a bien accroché“.

Pourquoi marcher ?

Il faut dire qu’autrefois, il y a plus de 50 ans, au temps où la Bretagne était largement catholique, tout le monde venait en pèlerinage au Roncier, à pied, en carriole à cheval ou en voiture. Pour certains, c’est renouer avec leur enfance ou leur jeunesse ! “Venir au Roncier en marchant, c‘est la suite de ce qu’on a vécu étant enfant”, acquiesce Gilles. “La communauté parents, grands-parents, enfants, petits-enfants était fortement mobilisée autour de la démarche pèlerine. Je crois qu’aujourd’hui encore, la Sainte Vierge peut fédérer cette communauté .”

On marche parce qu’on a des demandes à faire à la sainte Vierge“, complète le pèlerin. “Parce qu’on est amoureux de la Sainte Vierge, et qu’Elle nous porte dans la vie.”

Chaque année, le pèlerinage s’étoffe de nouvelles initiatives : la prière du chapelet en étapes, le livret de chants à Marie, les parcours adaptés aux âges et possibilités de marche (parcours de 16kms, 10kms ou 2 kms Lire l’article). Cette année, c’est une boîte à intentions, portée par les pèlerins jusqu’au sanctuaire, et remise à un prêtre, qui a vu le jour.

Gageons que l’imagination des pèlerins ne s’arrêtera pas là, pour Notre-Dame du Roncier !