Heureux qui garde la parole

parole gestuée 2

 Le service diocésain de catéchèse propose trois journées d’initiation à la « Parole gestuée », ouvertes à tous  (catéchistes, parents, grands-parents, parrains ou marraines) et co-animées par Jeanine Léon et Anne-Marie Mallet. Lorsque l’on gestue un passage biblique, se joue bien plus que sa seule mémorisation …

La parole gestuée trouve ses racines dans l’Ancien Testament et dans la transmission orale de la Parole de Dieu. « Que ces paroles que je te dicte aujourd’hui restent dans ton cœur ! », dit Dieu à Moïse, « Tu les répéteras à tes fils, tu les leur diras aussi bien assis dans ta maison que marchant sur la route, couché aussi bien que debout » (Dt 6, 6-7).

Une mélodie très simple accompagne les gestes et les textes sont comme scandés sur un rythme. L’enjeu pour la catéchèse dépasse la seule mémorisation pédagogique d’un passage biblique ; la parole vient pénétrer les cœurs, afin qu’ils se laissent habiter. Anne-Marie Mallet emploie le terme significatif de « demeurer ». Et de citer : « La Parole est tout près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur afin que tu l’accomplisses» (Dt 30, 14).

« Mâcher la Parole » pour en vivre

« Si nous voulons ‘faire’ la parole de Dieu, il nous faut déjà la garder en mémoire… ‘Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole et mon Père viendra. Nous ferons notre demeure chez lui’. C’est à la fois une invitation et une promesse de Jésus : Sa Parole va vivre en nous au point que Dieu va venir faire sa demeure en nous ! ». Cette expérience en profondeur rapproche la parole gestuée de la lectio divina dans le sens où elle introduit à une attitude de réception et de contemplation intérieures.

En gestuant la Parole, l’enfant l’accueille de tout son être et peut d’autant mieux en imprégner son existence. En cette année jubilaire, prenons l’exemple de la parabole de la brebis perdue. Gestué, ce passage peut être aisément mémorisé par de jeunes enfants et constituer une belle introduction à la miséricorde.

Vécue en communauté, la gestuation est aussi un lieu de communion fraternelle. « Cela construit l’Eglise : fraternité d’« appreneurs » de la Parole ».

parole gestuée 4Garder la parole pour la transmettre

« Il est important pour nous catéchistes, parents, … de pouvoir garder la parole de Dieu en mémoire, afin de pouvoir la transmettre à nos enfants et qu’elle devienne pour eux une nourriture, qui les structure. Le moyen que nous avons c’est de répéter, de ‘mâcher’ la parole », insiste Anne-Marie Mallet.

Ainsi transmise, la parole peut trouver une résonance particulière dans nos existences. « Jésus lui-même avait cette pédagogie avec ses disciples, pour qu’ils puissent la redonner. Nous nous inscrivons dans cette lignée de transmetteurs ».

Sophie Renaud, déléguée diocésaine au service de pastorale catéchétique, invite toute personne désireuse de transmettre à venir s’initier à cette méthode, abordable et accessible à tous. « C’est tellement riche, à la fois par ce que l’on donne et ce que l’on reçoit : la Parole se partage ! ».