Dimanche des Rameaux, 28 mars 2021, et semaine sainte, EF

La semaine Sainte

Les Rameaux – Dimanche 28 mars 2021

Écoute le récit du petit âne de Béthanie

Lorsque j’étais un petit âne, j’habitais le joli village de Béthanie, non loin de Jérusalem. Un jour que je me reposais en prenant l’air sur le devant de la maison, des messieurs sont venus, m’ont détaché et m’ont conduit vers un homme qui s’appelait Jésus. Je n’étais pas très heureux de m’être fait déranger ainsi et j’entendais bien être têtu pour le restant de la journée. Mais lorsque j’ai vu Jésus, j’ai changé d’avis. Celui-ci avait un regard si doux que je me suis laissé envelopper d’un manteau de laine juste pour le porter un peu. Ensuite, on s’est mis en route dans la douceur du printemps et tout le long du chemin, des gens nous ont rejoints. Certains agitaient des rameaux, d’autres chantaient : « Hosanna ! Hosanna ! », d’autres encore étendaient leurs manteaux devant moi. J’étais vraiment très heureux ! Depuis, lorsque je réfléchis, je me dis que je n’ai pas vraiment compris ce qui s’était passé mais je sais que ce jour reste gravé en moi comme le plus beau jour de ma vie ! Peut-être ai-je porté quelqu’un de vraiment Très Merveilleux ?

D’après Le petit âne de Béthanie « Premiers pas vers Dieu » Ed. Tardy


Le Jeudi Saint Jeudi – 1er avril 2021

« Ceci est mon corps, ceci est mon sang,
vous ferez cela en mémoire de moi. »


Le Vendredi Saint Vendredi 2 avril 2021

Jésus meurt sur la Croix. Marie, sa maman et Jean, son ami, sont auprès de lui.


Prière

Jésus, tu es venu parmi nous
et tu donnes ta vie pour nous.
Tu nous sauves de la mort
et tu restes à nos côtés.
Merci, Seigneur !


Activité

o Colorie les dessins des Rameaux, du Jeudi Saint et du Vendredi Saint ci-
dessus et dans le chemin de Carême
o Tu es invité à vivre un chemin de croix, en famille ou en paroisse à l’aide du document téléchargeable. Voir ICI les chemins de croix sur la chaîne Youtube du diocèse

Les textes sont extraits de « La Bible illustrée des petits » de Mame et de AELF. Les images viennent des « Mille images » de JF Kieffer et de Marie.R – Bricolage Pinterest

Association Saint-Vincent-de-Paul

Dimanche de Pâques – 4 avril

Cliquez sur les icônes !

Ouvrons la bible
Prions
Vivons la fraternité

Ouvrons la bible

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean – Jn 20, 1-9

La résurrection. Détail du retable de la chapelle Notre-Dame de La Houssaye (Pontivy).

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. » Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts. ■

La croix nous parle de la vie
Des femmes ont trouvé le tombeau vide. Jésus
est ressuscité. Nous le savons d’après le témoignage
des apôtres : Jésus est mort sur une croix,
mais tout n’est pas fini car trois jours plus tard, ils le
voient vivant. Dieu l’a ressuscité ! C’est une Bonne
Nouvelle : la vie est plus forte que la mort. Cette
croix nous rappelle que Jésus est ressuscité et vivant,
elle est comme un trésor.

Prions

♥ Chemin du silence

Seigneur,
Tu ne cesses d’appeler des hommes et des femmes à te suivre et à te servir dans leurs frères. Donne-nous d’être auprès de tous ceux que nous rencontrons des signes de ta présence et de ton amour pour chacun.

Nous te rendons grâce pour cet appel que tu nous renouvelles aujourd’hui.

Tu connais nos limites et nos faiblesses. Donne-nous ton Esprit, qu’il soit notre force et notre soutien auprès des personnes malades ou âgées que nous rencontrerons.
Amen.

Le tombeau vide. Chemin de croix de Callac.

Vivons la fraternité

En ce jour de fête, faisons nôtre la prière du pape François qui clôture l’encyclique Fratelli Tutti.

Prière oecuménique du pape François
Encyclique Fratelli Tutti, 4 octobre 2020

“Notre Dieu, Trinité d’amour,

Par la force communautaire de ton intimité divine, fais couler en nous le fleuve de l’amour fraternel.
Donne-nous cet amour qui se reflétait dans les gestes de Jésus dans sa famille de Nazareth et dans la première communauté chrétienne.


Accorde aux chrétiens que nous sommes de vivre l’Évangile et de pouvoir découvrir le Christ en tout être humain, pour le voir crucifié dans les angoisses des abandonnés et des oubliés de ce monde et ressuscité en tout frère qui se relève.


Viens, Esprit Saint, montre-nous ta beauté reflétée en tous les peuples de la terre, pour découvrir qu’ils sont tous importants, que tous sont nécessaires, qu’ils sont des visages différents de la même humanité que tu aimes.


Amen !”

« J’étais malade et vous m’avez visité »

« Le Christ a confié à son Église la mission d’être signe de son amour pour tous ceux qui sont marqués par la souffrance. “J’étais malade et vous m’avez visité”. (Mt 25, 36) Avoir le souci du malade, de toute personne en
situation de fragilité, c’est un appel fait aux laïcs pour réaliser pleinement leur vocation chrétienne.
À travers la visite des malades nous devons croire que c’est le Christ que nous visitons, qui se présente sous le visage du plus petit. » Mgr Centene

En équipe, les membres de l’équipe paroissiale du Service évangélique des malades (SEM) s’engagent à visiter, écouter, accompagner les personnes malades ou âgées à domicile ou en maison de retraite. Elles prient avec
elles, leur portent la communion, animent des célébrations. Il appartient à chacun de nous de veiller pour que personne ne reste sur le bord du chemin.

* Il existe des équipes dans la plupart des paroisses, qui ne demandent qu’à accueillir de nouvelles personnes.

.

💗💗💗 Mes actions fraternelles

Dans la joie de Pâques, je rends visite à un membre de ma famille ou à une personne avec qui je n’ai plus (ou si peu) de relation, et je me réjouis de renouer avec cette personne, qui est un frère ou une soeur dans lesquels je rencontre le Christ.
Je choisis pour l’année qui vient un domaine d’action au service des autres dans lequel je m’investirai de manière régulière (visite des malades ou personnes âgées, accueil des réfugiés, aide alimentaire, association caritative, prière de soutien).
Je rends grâce pour toutes les associations et services d’Église qui oeuvrent en faveur de la fraternité, près de chez nous ou dans des pays lointains. Je loue le Seigneur pour son action dans nos coeurs. Alléluia !

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Mardi 30 mars

Messe chrismale

Abbaye de Timadeuc

.

“Jésus Christ a fait de nous

un royaume et des prêtres pour Dieu son Père :

à lui, la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles. Amen.”

Ap 1, 6

.

.

.

.

« L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le seigneur m’a consacré par l’onction. » Par deux fois au cours de cette messe, nous avons entendu cette phrase. Tout d’abord dans le livre du prophète Isaïe, dont elle est tirée, ensuite dans l’évangile de Saint Luc, où Jésus se l’attribue après en avoir fait la lecture dans la synagogue de Nazareth. Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Ecriture que vous venez d’entendre.

« L’Esprit du Seigneur est sur moi ». Qui parle ? Qui peut dire cette phrase ? Qui est ce moi ?

Le premier, c’est le prophète Isaïe. Sans entrer dans des considérations exégétiques sur l’auteur de ce passage, disons seulement qu’il écrit à la fin de l’exil à Babylone. Après des décennies d’exil, le peuple connaît alors une sorte de dé-confinement. Il est autorisé à retourner sur sa terre, à s’y rassembler, à reprendre la célébration du culte qui est dû à Dieu, et donc à retrouver d’une certaine manière son identité de peuple sacerdotale. Vous serez appelés prêtres du Seigneur, on vous dira servants de notre Dieu. Et c’est ce qui explique cette ambiance de joie spirituelle incontestable, cette allégresse. Le prophète est envoyé mettre le diadème, au lieu de la cendre, sur la tête de ceux qui sont en deuil, à porter l’huile de joie et l’habit de fête.

Frères et sœurs, les conditions de notre messe chrismale, ce matin, ne ressemblent-elles pas à ce retour d’exil ? L’an dernier, nous étions retenus, les uns et les autres, loin de notre cathédrale, loin de la maison de Dieu, qui est pourtant notre véritable chez-nous, le lieu de la rencontre, de la relation, de la communion avec Dieu, et avec nos frères. Cette année nous commençons à revenir, tous ne sont pas encore là, il a fallu respecter les jauges, tous les exilés n’ont pas pu rentrer. Ce qui montre que l’exil, tout en étant terminé, dure encore, et, c’est très théologique, n’est-ce pas le « déjà là » et le « pas encore » du Salut ? Nous serons en exil tant que nous serons dans cette vallée de larmes, et ce n’est qu’au terme de cet exil que nous pourrons contempler le fils béni des entrailles de Marie, nous le chantons très souvent dans le Salve Regina.

Le deuxième qui dit « l’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction », c’est Jésus, Jésus qui s’approprie la parole prononcée jadis par le prophète Isaïe. Au début de sa vie publique, au moment de son baptême par Jean au bord du Jourdain, le ciel s’est ouvert, et l’Esprit était descendu sur Lui. Jésus est consacré par l’onction. L’onction d’huile, dans l’ancien testament, signifie que Dieu se saisit d’un homme pour lui communiquer quelque chose de son pouvoir, en vue d‘une mission de prêtre, de prophète ou de roi. Celui qui a reçu l’onction est appelé Messie, de l’hébreux, Christ du grec. Petit à petit avait émergé en Israël, la figure d’un roi-Messie qui réaliserait définitivement le Royaume de Dieu sur la terre.

ET voilà que Jésus a reçu l’onction, il est le Christ-Messie. Il vient réaliser le règne de Dieu, mais pas à la manière des hommes. Il ne vient pas rivaliser avec le pouvoir de César. Et ce n’est pas un règne qui serait définitivement établi ici-bas. Car « ici-bas », n’est pas le dernier mot du Christ. « Mon Royaume n’est pas de ce monde » dira-t-il lors de son procès. Dans le royaume de Dieu inauguré par Jésus, les pauvres, et non les puissants, sont les interlocuteurs privilégiés, les destinataires de la Bonne Nouvelle. Les captifs et les opprimés sont libérées, les malades sont guéris, les aveugles voient, et si les siens ne l’ont pas accueilli, il donne à tous ceux qu’il accueille de devenir enfant de Dieu.

Mes amis, en accueillant Jésus, nous ne devons pas, comme les chefs du peuple, nous tromper de Messie. Il ne vient pas répondre à nos nécessités du moment. Il vient nous introduire dans son Royaume, dans son Royaume qui n’est pas de ce monde, dans la vraie patrie hors de laquelle il n’y a point de Salut, parce que hors de laquelle nous sommes toujours en exil. Et nous qui sommes ici ce matin, nous pouvons dire aussi : « l’Esprit du seigneur est sur moi, parce que le seigneur m’a consacré par l’onction. »

Le troisième qui peut prononcer cette phrase, c’est le peuple de la nouvelle alliance, c’est l’Egliseet avec elle, c’est nous tous qui portons le beau nom de chrétiens, qui signifie que nous avons reçu l’onction. L’onction que nous avons reçue au jour de notre baptême et de notre confirmation, fait de nous des Christ, des Messies, en nous faisant participer à l’unique Christ, à l’unique Messie. De telle sorte que nous pouvons dire en toute vérité : « l’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l‘onction. »

Mais l’Esprit du Seigneur ne nous est pas donné pour réaliser autre chose que ce qu’a réalisé Jésus. Il nous est donné pour qu’à notre tour, nous portions la Bonne Nouvelle aux pauvres, que nous annoncions aux captifs la libération, aux malades la santé, aux aveugles qu’ils verront. Et les rites de la messe chrismale nous le rappellent. Les huiles, que nous consacrons et que nous bénissons aujourd’hui, le signifient. Et elles sont destinées, à travers les sacrements, à le réaliser. Le Saint-Chrême, que nous consacrons aujourd’hui, fait de nous le corps du Christ.

L’onction de cette huile parfumée consacre les baptisés, elle les confirme, elle les « christifie ». Le baptême et la confirmation font du peuple des baptisés, le corps du Christ, le Christ continué sur cette Terre, « continué et communiqué », comme aimait à le dire Bossuet. Le Christ continué, le Christ qui guérit, le Christ qui apaise, le Christ qui offre toute la tendresse du père ; le Christ envoyé auprès des pauvres, des malades, des prisonniers, de tous ceux qui ont le cœur brisé.

L’huile des malades sera bénite pour l’apaisement des souffrances physiques et morales du corps blessé et souffrant du Christ. Nous remarquons chaque année que cette huile est bénite non pas en même temps que les autres, mais à l’intérieur même de la prière Eucharistique du canon de la messe, à l’intérieur même du Sacrifice. Parce que les malades qui reçoivent ce sacrement s’unissent tout particulièrement au Sacrifice du Christ, au sacrifice de Celui qui donne sa vie sur la croix et sur l’autel, pour notre salut.

L’huile des catéchumènes sera bénite pour donner aux futurs baptisés la force de lutter contre le mal et de se dépouiller du vieil homme, pour que naisse en eux l’homme nouveau, recrée par le Christ, l’homme sauvé et libéré de ses maux.

Ainsi frères et sœurs, notre messe chrismale nous appelle à servir tous ceux à qui Dieu veut manifester Son amour de manière préférentielle, tous ceux à qui Il veut manifester sa grâce.

« L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. »

L’Esprit du Seigneur repose sur l’Eglise, pour qu’elle poursuive l’œuvre du Christ. L’esprit du Seigneur repose sur chacune et chacun d’entre nous, baptisé, pour que chacune et chacun d’entre nous puisse prendre à cette oeuvre la part qui lui revient, en fonction de ses qualités, de son état, de sa place, de ses charismes. Et pour nous aider dans cette mission, Dieu en a mis à part quelques-uns : évêques, prêtres, diacres. Ils n’ont pas seulement reçu une fonction, comme en nécessite toute société organisée, ils ont reçu un sacrement : le sacrement de l’Ordre, dans lequel leur est donné ce qui dépasse leurs pauvres capacités humaines, pour que vive au cœur de l’Eglise, la charité pastorale du Christ. Evêques, prêtres et diacres ne sont pas là pour eux-mêmes, pour leur intérêt, pour leur réalisation, ils sont là pour vous, pour que vous puissiez être les disciples missionnaires dont notre humanité désemparée a tant besoin. Puisque l’Esprit du Seigneur est sur vous, qu’Il vous envoie porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs la libération et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, qu’Il vous envoie remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable annoncée par le Seigneur. Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. AMEN.

Homélie prononcée par Monseigneur Centène
Messe chrismale – mardi 30 mars 2021

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Dimanche 4 avril

Dimanche de Pâques

“Je suis ressuscité,
et je suis avec toi, alléluia.

Ta main s’est posée sur moi, alléluia, ta sagesse s’est montrée admirable, alléluia, alléluia.”

Ps 138, 18. 5-6

Il est donc fondamental pour notre foi et pour notre témoignage chrétien de proclamer la résurrection de Jésus de Nazareth comme un événement réel, historique, attesté par de nombreux témoins faisant autorité. Nous l’affirmons avec force car, à notre époque également, il ne manque pas de personnes qui cherchent à en nier l’historicité, en réduisant le récit évangélique à un mythe, en reprenant et en présentant des théories anciennes et déjà utilisées comme nouvelles et scientifiques. Certes, la résurrection n’a pas été pour Jésus un simple retour à la vie terrestre précédente, mais elle a été le passage à une dimension profondément nouvelle de vie, qui nous concerne nous aussi, qui touche toute la famille humaine, l’histoire et tout l’univers.

Benoît XVI – audience du 15 avril 2009

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Samedi 3 avril

Samedi Saint

Eglise Saint-Pierre – Néant-sur-Yvel

Un grand silence
règne aujourd’hui
sur la terre,
un grand silence
et une grande solitude ;
un grand silence
parce que le Roi dort.
La terre a tremblé
puis s’est calmée
parce que Dieu s’est endormi dans la chair,
et il a réveillé ceux qui dormaient
depuis des siècles.

Saint Épiphane de Salamine (IVe siècle)

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Vendredi 2 avril

Vendredi Saint

Croix de fondation de l’abbaye La Joie-Notre-Dame

Frères et sœurs, tournons aujourd’hui vers le Christ notre regard, souvent distrait par des intérêts terrestres dispersés et éphémères. Arrêtons-nous pour contempler sa Croix. La Croix est source de vie éternelle, c’est une école de justice et de paix, c’est un patrimoine universel de pardon et de miséricorde. C’est la preuve permanente d’un amour désintéressé et infini qui a poussé Dieu à se faire homme, vulnérable, comme nous, jusqu’à mourir crucifié. Ses bras cloués s’ouvrent pour chaque être humain et nous invitent à nous approcher de Lui, avec la certitude qu’il nous accueillera et nous prendra dans ses bras avec une infinie tendresse : “Quand je serai élevé de terre – avait-il dit – j’attirerai tous les hommes à moi” (Jn 12, 32).

Benoît XVI – Vendredi saint 2008

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Jeudi 1er avril

Jeudi Saint

Choeur de l’église abbatiale St Gildas – St Gildas de Rhuys

“Que notre seule fierté

soit la croix de notre Seigneur Jésus Christ.

En lui, nous avons le salut, la vie et la résurrection, par lui, nous sommes sauvés et délivrés.”

Ga 6, 14

.

.

.

Chers prêtres, si nous sommes enracinés dans la vérité du Christ, notre vie et notre ministère deviendront, par eux-mêmes, d’éloquentes catéchèses pour toute la communauté qui nous est confiée. Notre témoignage, dès lors, ne sera plus isolé, mais, à l’unisson de tous, il sera rendu par des personnes unies dans une même foi et communiant à la même coupe. Telle est la ” contagion ” de vie à laquelle nous devons tendre tous ensemble, dans une communion effective et affective, pour réaliser la ” nouvelle évangélisation ” qui se fait toujours plus urgente.

Jean-Paul II – lettre aux prêtres 2003

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Mercredi 31 mars

Mercredi Saint

Saint-Sacrement – Basilique ND du Roncier – Josselin

“Au nom de Jésus, que tout genou fléchisse

au ciel, sur terre et aux enfers.

Parce qu’il s’est fait obéissant jusqu’à la mort,

et la mort de la croix,

Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.”

Ph 2, 10. 8.11

.

.

.

« Comme un mortel, il dut lutter contre le démon, mais, étant invincible, il vainquit le tentateur dans un triple combat… Il fut victime, mais également prêtre suprême; il fut sacrificateur, et pourtant, il était Dieu. Il offrit son sang à Dieu, et de cette façon il purifia le monde entier. Une croix le souleva de terre, mais le péché resta enfoncé par les clous… Il alla parmi les morts, mais il ressuscita de l’enfer et ressuscita un grand nombre de personnes qui étaient mortes. Le premier événement est propre à la misère humaine, mais le deuxième appartient à la richesse de l’être incorporel… Le Fils immortel assuma cette forme terrestre sur lui, car il t’aime »

Benoît XVI, audience du 26 octobre 2006 – citant saint Grégoire de Nazianze

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Mardi 30 mars

Mardi saint

Eglise Saint Pierre de Quistinic

“Seigneur, ne me livre pas
à la merci de l’adversaire :
contre moi se sont levés
de faux témoins
qui soufflent la violence.”

Ps 26, 12

Si nous voyons les ennemis nous entourer de leur malice, c’est-à-dire de la paresse, que ce soit parce qu’ils affaiblissent notre âme dans le plaisir, ou parce que nous ne contenons pas notre colère contre notre prochain lorsqu’il agit contre son devoir, ou bien s’ils troublent nos yeux pour les conduire à la concupiscence, ou s’ils veulent nous conduire à goûter les plaisirs de la table, s’ils transforment en venin la parole du prochain, s’ils nous font mépriser la parole d’autrui, s’ils nous poussent à établir des différences entre nos frères en disant:  “Celui-ci est bon, celui-là est méchant”:  si, donc, toutes ces choses nous entourent, ne perdons pas courage, mais exclamons-nous plutôt comme David, d’un cœur ferme:  “Yahvé est le rempart de ma vie!” (Ps 26, 1)

Moine Isaïe, cité par Jean-Paul II, audience du 28 avril 2004

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Lundi 29 mars

Lundi Saint

Choeur de l’église Notre-Dame – Kernascléden

“Accuse, Seigneur, ceux qui m’accusent,

attaque ceux qui m’attaquent.

Prends une armure, un bouclier,

lève-toi pour me défendre, Seigneur, force qui me sauve.”

Ps 34, 1-2 ; 139, 8

.

.

« Pourquoi avez-vous peur ? N’avez-vous pas encore la foi ? ». Le début de la foi, c’est de savoir qu’on a besoin de salut. Nous ne sommes pas autosuffisants ; seuls, nous faisons naufrage : nous avons besoin du Seigneur, comme les anciens navigateurs, des étoiles. Invitons Jésus dans les barques de nos vies. Confions-lui nos peurs, pour qu’il puisse les vaincre. Comme les disciples, nous ferons l’expérience qu’avec lui à bord, on ne fait pas naufrage. Car voici la force de Dieu : orienter vers le bien tout ce qui nous arrive, même les choses tristes. Il apporte la sérénité dans nos tempêtes, car avec Dieu la vie ne meurt jamais.

Pape François, 28 mars 2020

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Dimanche 28 mars

Dimanche des rameaux

“Hosanna au fils de David !

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur,

le Roi d’Israël !

Hosanna au plus haut des cieux !”

Mt 21, 9

Notre célébration commence par un « Hosanna ! » et se conclut par un « Crucifie-le ! ». La palme du triomphe et la croix de la Passion : ce n´est pas un contresens ; c´est plutôt le cœur du mystère que nous voulons proclamer. Jésus s´est livré volontairement à la Passion, il ne s´est pas trouvé écrasé par des forces plus grandes que lui. Il a affronté librement la mort de la croix et dans la mort, il a triomphé.

Jean-Paul II – homélie pour le dimanche des Rameaux 2001

DML Mars 2021

Au service des divers groupes, associations, communautés religieuses, paroisses, services, etc., le Dossier Mensuel de Liaison (DML) est un outil de diffusion des informations. Envoyé tous les mois à près de 700 destinataires, il permet de toucher l’ensemble des réalités composant le Diocèse.

Retrouvez ici les éléments du Dossier Mensuel de Liaison pour le mois de MARS 2021, aux formats .jpeg et .pdf. Vous souhaitez demander une parution ? Recevoir le DML par mail ? Abonner une personne ou encore signaler un changement d’adresse ? N’hésitez pas à contacter le service diocésain de communication : comdiocese56@gmail.com ou au 02 97 68 16 50 !

Téléchargez le PDF

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Samedi 27 mars

Basilique de Sainte Anne d’Auray

“Toi, Seigneur,
ne sois pas loin :

ô ma force,
viens vite à mon aide !

Moi, je suis un ver,
pas un homme,
raillé par les gens,
rejeté par le peuple.”

Ps 21, 20.7

.

.

Les adversaires apparaissent invincibles, ils sont devenus des animaux féroces et très dangereux, tandis que le Psalmiste est comme un petit ver, impuissant, sans aucune défense. Mais ces images utilisées dans le Psaume servent aussi à dire que lorsque l’homme devient brutal et agresse son frère, quelque chose d’animal s’empare de lui, il semble perdre toute apparence humaine ; la violence a toujours en soi quelque chose de bestial et seule l’intervention salvifique de Dieu peut rendre l’homme à son humanité.

Benoît XVI, audience du 14 Septembre 2011

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Vendredi 26 mars

Chapelle de l’Action de Grâce – Mauron

“Prends pitié de moi,
Seigneur,
je suis en détresse ;

délivre-moi des mains
hostiles qui s’acharnent.

Seigneur, garde-moi
d’être humilié,
moi qui t’appelle.”

Ps 30, 10.16.18

.

.

.

.

Jésus fait entièrement l’expérience d’être transpercé par le mal. Pas seulement la mort, mais la mort sur la croix. Pas seulement la solitude, mais aussi le mépris, l’humiliation. Pas seulement l’animosité, mais aussi la cruauté, l’acharnement contre lui. Voilà ce qu’est l’homme : un être fait pour la vie, qui rêve d’amour et de bien, mais qui s’expose continuellement lui-même et expose ses semblables au mal, à tel point que nous pouvons être tentés de désespérer de l’homme.

Pape François, audience du 17 mai 2019

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Jeudi 25 mars

Solennité de l’Annonciation

Le Christ,
en entrant dans le monde,
dit : « Me voici, mon Dieu ;
je viens pour faire ta volonté. »

He10, 5.7

On lit dans l’Écriture : « Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour les péchés. Alors j’ai dit : Voici, je viens, pour faire ta volonté ». C’est précisément cette parole de Jésus qui referme une histoire « de “Me voici” enchaînés ; l’histoire du salut est cela : une histoire de “Me voici” enchaînés ». Tout commença avec Adam, qui « se cacha parce qu’il avait peur du Seigneur » : depuis lors, le Seigneur commença à appeler et à entendre la réponse des hommes et des femmes qui disent : “Me voici. Je suis prêt. Je suis prête” ». Jusqu’à arriver « au dernier “Me voici”, celui de Jésus : “Pour faire ta volonté” ».

François – médiation du 24 janvier 2017

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Mercredi 24 mars

©Paroisse Locmariaquer

“Toi qui me délivres
des peuples en colère,
tu me feras triompher
de mes agresseurs,
tu m’arracheras
à la violence de l’homme,
Seigneur.”

Ps 17, 49

.

Éduquer à l’ouverture respectueuse et au dialogue sincère avec l’autre, en reconnaissant ses droits et ses libertés fondamentales, spécialement la liberté religieuse, constitue la meilleure voie pour bâtir ensemble l’avenir, pour être des bâtisseurs de civilisation. Car l’unique alternative à la civilisation de la rencontre, c’est la barbarie de la confrontation, il n’y en a pas d’autre. Et pour s’opposer vraiment à la barbarie de celui qui souffle sur la haine et incite à la violence, il faut accompagner et faire mûrir des générations qui répondent à la logique incendiaire du mal par la croissance patiente du bien : des jeunes qui, comme des arbres bien plantés, sont enracinés dans le terrain de l’histoire et, grandissant vers le Haut et à côté des autres, transforment chaque jour l’air pollué de la haine en oxygène de la fraternité.

François, Discours aux participants
de la conférence internationale pour la paix 28 avril 2017

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Mardi 23 mars

Eglise de Le Palais – Belle-Ile

.

“Attends le Seigneur,
sois fort et prends courage,
espère dans le Seigneur.”

Ps 26, 14

.

.

Un chrétien peut supporter les tribulations et aussi les persécutions en s’en remettant au Seigneur : lui seul est capable de nous donner la force, de nous donner la persévérance dans la foi, de nous donner l’espérance.

François, méditation 5 mai 2015

CARÊME 2021 : UNE COURTE MÉDITATION POUR CHAQUE JOUR

Au début de chaque eucharistie, l’antienne d’ouverture donne toute la tonalité de la célébration du jour. Laissons-nous conduire par ce que ces antiennes nous enseignent tout au long de ce Carême. Chaque jour retrouvez ici l’antienne de la messe suivie d’une méditation courte proposée par une personnalité de l’Eglise.

Préparé par le père Georges-Henri Pérès

Lundi 22 mars

Clocher de Sauzon – Belle-Ile

Pitié, mon Dieu !
Des hommes s’acharnent contre moi ;
tout le jour, ils me combattent, ils me harcèlent.

Ps 55, 2

Ce Psaume nous a conduit sur le Golgotha, au pied de la croix de Jésus, pour revivre sa passion et partager la joie féconde de la résurrection. Laissons-nous donc envahir par la lumière du mystère pascal même dans l’apparente absence de Dieu, même dans le silence de Dieu et, comme les disciples d’Emmaüs, apprenons à discerner la vraie réalité au-delà des apparences, en reconnaissant le chemin de l’exaltation précisément dans l’humiliation, et la pleine manifestation de la vie dans la mort, dans la croix. Ainsi, en plaçant toute notre confiance et notre espérance en Dieu le Père, lors de toute angoisse, nous pourrons le prier nous aussi avec foi, et notre cri de demande d’aide se transformera en chant de louange.

Benoît XVI – audience du 14 septembre 2011

5ème dimanche de Carême, 21 mars 2021, jeunes

Le Carême, 40 jours pour se rapprocher de Dieu et de nos frères.

5ème dimanche de Carême – 21 mars 2021

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Jean Jn 12, 20-33

Il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque. Ils abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André, et tous deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera. Maintenant mon âme est bouleversée. Que vais-je dire ? “Père, sauve-moi de cette heure” ? – Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. » En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre. D’autres disaient : « C’est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit : « Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix, mais pour vous. Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Il signifiait par là, de quel genre de mort il allait mourir.

Commentaire : Jésus fait le rapprochement entre la vie du grain de blé et la vie humaine. Le grain de blé qui ne tombe pas en terre, ne porte pas de grains, sa vie n’est pas utile aux autres : il existe juste pour lui-même. La personne qui ne veut rien donner de soi, qui ne regarde pas vers les autres, ne fait rien de sa vie. En revanche, la personne qui ne se regarde pas, qui ne s’attache pas à sa vie, qui sait l’offrir, la donner, … marche vers la fécondité. Le choix de Jésus, c’est de s’abandonner à Dieu et de se donner tout entier pour dire Son Amour. Jésus meurt sur la croix pour dire aux hommes du monde entier l’Amour Infini de Dieu.


Qui suis-je ? Découvrez le nom de la personne décrite par ce qu’il fait ou ce qu’il lui arrive.
Il peut y avoir plusieurs fois le même personnage. Certains sont en réalité un groupe de personnes.
 J’entends une même chose de différentes façons. Je suis… _______
 Je me fais entendre. Je suis… _______
 Je suis venu à Jérusalem pour la fête de la Pâques. Je suis… _______
 J’évoque un grain de blé pour parler de moi. Je suis… _______
 J’ai besoin d’un ami pour passer un message. Je suis… _______
 On me parle sans me voir. Je suis… _______
 Je parle en énigmes pour me faire comprendre. Je suis … _______

Sources : idées d’après Cathoutils caté 42, illustrations : J-F Kieffer, Marie R., libre de droit pixabay, Arcabas

Mots croisés

Horizontalement, trouve les mots de l’évangile d’aujourd’hui :

  1. Conserver, prendre soin de, surveiller. On le fait avec les moutons pendant qu’ils paissent.
  2. Descendre vers le sol, perdre l’équilibre. Si tout va bien, après, on peut se relever.
  3. Ce mot veut dire 2 choses : mettre en hauteur OU amener à l’âge adulte.
  4. Rendre honneur à quelqu’un, le
    traiter avec respect, lui donner sa place, son importance.
    Verticalement, retrouve un mot qu’on dit souvent à la messe. Il veut dire : « j’adhère, je suis d’accord, c’est du solide, … ».

Prions

Chemin du silence

– Mettez-vous à l’aise et détendez-vous, installez-vous dans une bonne position.
– Respirez tranquillement et longtemps.
– Écoutez les bruits qui vous entourent pour les oublier : c’est le silence extérieur !
– Fermez les yeux et prenez conscience de tout ce qui vous passe par l’esprit. – Pensez à une image qui vous fait plaisir et fixez toute ton attention sur elle….
– Laissez-la s’en aller pour arriver jusqu’au silence intérieur.
– Sans sortir de cet état de silence, lisez la prière ci-dessous ou parlez simplement au Seigneur.
– Pour terminer votre prière dites un Notre Père …. et/ ou la prière à Marie.

5ème dimanche de carême, 21 mars 2021, CE-CM

Le Carême, 40 jours pour se rapprocher de Dieu et de nos frères !

5ème dimanche de Carême – Dimanche 21 mars 2021

Évangile selon saint Jean 12, 20-33

Il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque. Ils abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André, et tous deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera. Maintenant mon âme est bouleversée. Que vais-je dire ? “Père, sauve-moi de cette heure” ? – Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. » En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre. D’autres disaient : « C’est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit : « Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix, mais pour vous. Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Il signifiait par-là de quel genre de mort il allait mourir.

Commentaire : Dans l’évangile de Jean, Jésus fait le rapprochement entre la vie du grain de blé et la vie humaine. Le grain de blé qui ne tombe pas en terre, qui ne se donne pas tout entier, ne porte pas de grains. Sa vie n’est pas utile aux autres. Il existe juste pour lui-même. Le choix de Jésus, c’est de s’abandonner à Dieu et de se donner tout entier pour dire Son Amour.

Que nous demande Jésus en nous racontant l’histoire du grain de blé ?
Quels fruits peux-tu produire ? Donnes-tu du temps aux autres ? À Dieu ?

Activités

o Colorie le dessin de l’Évangile et celui du chemin du Carême.
o Regarde la page de la fraternité, fais le choix d’un défi en lien avec ce que tu as découvert sur les actions de cette association
o Germination :
Vide des oeufs et coupe le haut de chaque oeuf. Colle des yeux mobiles, dessine le nez et la bouche. Mets un morceau de coton humide dans chaque oeuf.
Dépose quelques graines de lentilles sur le coton. Humidifie ce coton régulière- ment et au bout de quelques jours, les graines de lentilles vont lever !

Vous pouvez aussi reprendre le chant proposé dans la séance « entrée en Carême.

Prions

Chemin du silence (voir proposition entrée en Carême)

Attends-moi, Seigneur : j’arrive !
Attends-moi, Seigneur : je m’habille!
Mes yeux, je les habille de bonté, pour regarder tous les gens avec amitié. Mes mains, je les habille de paix, pour donner du pardon sans compter.
Mes lèvres, je les habille de rire, pour offrir la joie au long des jours.
Mon corps et mon coeur, je les habille de prière pour me tourner vers toi, Seigneur que j’aime.

Les textes bibliques viennent de AELF. Les images viennent des « Mille images » de JF Kieffer et de Marie R et les bricolages de Pinterest.